Le mouvement des indignés


    [DOSSIER] - Monsanto

    Partagez
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Lun 28 Nov - 11:37

    270.000 fermiers bio se lèvent contre Monsanto
    Le 4 août 2011, Libertero



    Près de 300 000 agriculteurs biologiques ont porté plainte contre le « géant » agricole Monsanto qui a, ces dernières années, écrasé méthodiquement l’agriculture bio indépendante.

    Le 30 mars, l’équivalent de 270.000 plaignants ont intenté une procédure judiciaire pour tenter de garder une part du marché mondial à l’alimentation bio indépendante. La plainte provient de près de 60 fermes familiales, d’entreprises semencières et d’organisations agricoles biologiques.

    Ce collectif mené par OSGATA – Organic Seed Growers et Trade Association – enjoint Monsanto de ne pas contaminer leurs exploitations par les OGM de colza Genuity® et Roundup Ready®. Ces agriculteurs bio disent que leurs cultures de maïs, coton, betteraves à sucre ainsi que d’autres ont été contaminées par les OGM Monsanto, et que même si la contamination fut largement naturelle et involontaire, Monsanto persiste à poursuive des centaines d’agriculteurs pour violation de brevet.

    Il ne s’agit plus seulement pour ces agriculteurs de préserver le bio mais aussi la survie de leurs exploitations biologiques indépendantes contre lesquelles Monsanto mènent un harcèlement juridique continu.

    Ces dernières années, Monsanto a racheté plus de 20 des plus gros producteurs et vendeurs de semences du pays, et The Street rapporte la mise en place d’une politique forçant leurs clients à utiliser les semences issues de leur bioingénierie et les obligeant à les racheter chaque année sous peine d’être mis sur liste noire et exclus à jamais du marché.

    La Commission Securities and Exchange a enquêté l’an passé sur Monsanto sur « les programmes de motivation client », et le ministère de la Justice a décelé une violation probable de la loi antitrust suite à la mise de clients en liste noire depuis 2009.

    La politique de rachat de certains de ses concurrents et les poursuites judiciaires menés sur les autres ont permis a Monsanto, l’an passé, d’accroître ses bénéfices de 77 % pour atteindre 490 millions d’euros.

    La plainte déposée par les « 270.000″ sera examinée par le juge fédéral Naomi Buchwald de la cour de Manhattan.

    Dan Ravicher, président de la Public Patent Foundation (PUBPAT), Fondation pour les licences libres, a déclaré dans un communiqué que l’affaire se résumerait à “Monsanto a-t-il le droit de poursuivre les agriculteurs biologiques pour violation de brevet quand les graines ou pollen OGM Monsanto atterrissent sur leurs propriétés.”

    “Il parait assez « tordu » qu’un fermier bio contaminé par les semences OGM puisse être attaqué pour violation de brevet, mais le volume des plaintes déposées par Monsanto et les poursuites engagées contre des fermiers par centaines pour violation de brevet, font que nous avons du réagir pour protéger l’intérêt de nos membres.”

    La PUBAT a ainsi déposé la plainte au nom des 270 000 plaignants. Cette fondation sans but lucratif, qui propose des services juridiques, relève de l’École de droit Benjamin N. Cardozo.

    NDT : On peut regretter que ce type de plainte regroupant plusieurs plaignants et appelée « class-action » soit actuellement impossible sous cette forme en France.

    Article originel : RT – Organic farmers sue Monsanto du 28 juillet 2011 et traduction pour libertero par l’auteur.

    Mise à jour du thème :
    - -20110817-[zonea]&ens_id=1557369]L’Inde poursuit Monsanto pour biopiraterie - Le Monde 17 août 2011



    Si vous aussi, vous désirez participer au projet d’une terre libre, venez découvrir le projet libertero et envoyez nous votre contribution sur libertero@gmail.net



    Source :
    http://www.libertero.net/270-000-fermiers-bio-se-levent-contre-monsanto/
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Lun 28 Nov - 11:50

    Le monde selon Monsanto

    Réalisé par : Marie-Monique Robin
    Année de production : 2008
    Durée : 1h 48min

    Synopsis
    Documentaire sur la multinationale américaine Monsanto, leader mondial des biotechnologies qui produit 90% des OGM.

    Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé des procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des « sciences de la vie » convertie aux vertus du développement durable.

    A partir de documents inédits, de témoignages de victimes, de scientifiques et d’hommes politiques, « Le monde selon Monsanto » reconstitue la genèse d’un empire industriel qui à grand renfort de mensonges, de collusion avec l’administration américaine, de pressions et de tentatives de corruption est devenu le premier semencier du monde, permettant l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine !





    Source : http://video.google.com/videoplay?docid=-8723985684378254371

    Lien : http://www.arte.tv/fr/1912794.html
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Lun 28 Nov - 11:55

    Quand la diplomatie américaine était au service de Monsanto

    Voir http://democratie.exprimetoi.net/t309-videos-comprendre-l-empire-l-oligarchie-mondialisee#1697
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Dim 18 Déc - 1:32

    Vandana Shiva, milite pour la préservation de la biodiversité en Inde.

    "La mondialisation a changé la donne, l'agriculture c'est retrouvée exposée à l'avidité mondiale, à l'avidité de l'industrie agro-alimentaire mondiale. Des multinationales comme Monsanto, ont eu toute liberté de vendre des semences OGM brevetées aux agriculteurs indiens. Et parallèlement, des multinationales comme Cargill ont pu faire du dumping sur le marché indien et donc réduire le prix du coton, du pétrole entre autre.
    La main mise de Monsanto sur les semences a de nombreuses conséquences, les semences qui étaient autrefois gratuites, ou que les fermiers payaient 5 ou 6 roupies le kilo, leur coûte aujourd'hui 1800 roupies les 450 grammes, ce qui revient environ à 3600 roupies le kilo. Sur ces 1800 roupies, Monsanto récupère 1200 roupies de royalties.

    [...]

    Dans les régions où les fermiers se suicident, il ne reste plus de semences, ni de semences de coton, ni d'aucune culture vivrière parce que Monsanto a lancé un programme de remplacement. On encourage les fermiers à livrer leur stock. Monsanto leur distribue même de l'argent contre leurs semences. Alors les fermiers se disent : je vends les miennes et je récupère les leur. Tous les fermiers, les uns après les autres et au bout du compte, plus personne n'en a. En une saison, il y a pénurie de semences. En 20 ans, les réserves mondiales seront réduite à néant, chacun aura beau être libre de faire ce qu'il veut, il n'y aura plus de semences. C'est pour ça qu'il faut interdire le brevetage des semences."




    Source: http://videos.arte.tv/fr/videos/que_faire_-4319594.html
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Dim 18 Déc - 17:09

    Comment l'Argentine c'est pris les pieds dans les champs de soja transgéniques

    ARTE reportage - M-M. Robin, G. MArtin, M. Duployer, F. Boulègue
    Durée : 23 minutes 50

    Enquête sur les OGM. En argentine, depuis 1996 les cultures transgéniques ont été autorisées et surtout celle du soja. Alors, si dans un premier temps, il y bien eu le miracle promis par la multinationale Monsanto, 10 ans après, les paysans sont piégés par la soja dépendance.


    OGM L'horreur ! Reveillez vous avant... par boreale



    Sources :
    http://www.dailymotion.com/video/xrn35_ogm-lhorreur-reveillez-vous-avant
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  CommeUneOmbre le Ven 30 Déc - 11:54

    Le géant Monsanto à l'assaut du Népal
    Le Point.fr - Publié le 28/12/2011 à 17:43 - Modifié le 29/12/2011 à 09:21
    De NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE À KATMANDOU, VANESSA DOUGNAC

    Le semencier est sur le point d'introduire un maïs hybride au Népal. Pour assurer l'avenir alimentaire de la population ou pour ruiner les paysans ? Controverse.


    Un fermier dans une rizière à Khokana, un village au sud de Katmandou. © Navesh Chitrakar / Reuters

    D'un côté, Monsanto, gigantesque firme américaine spécialisée en biotechnologies agricoles. De l'autre, le Népal, pays rural parmi les plus pauvres au monde. Un contraste qui est en passe de prendre une dimension emblématique, car dans ces lointaines vallées himalayennes, les projets de développement de Monsanto, leader mondial des semences OGM et des herbicides, ne sont pas passés inaperçus.

    Le 13 septembre dernier, l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) annonçait sur son site local avoir conclu au Népal un accord avec la multinationale Monsanto et le ministère de l'Agriculture et des coopératives. Ce "projet pilote" entend ainsi introduire un maïs hybride de Monsanto auprès de 20 000 paysans, dans les districts de Chitwan, Nawalparasi et Kavre.

    "Nous ne voulons pas de Monsanto"

    Très vite, les protestations ont fusé. Relayée sur Facebook, une campagne intitulée "Stop Monsanto in Nepal" a pris de l'ampleur et a culminé par une marche organisée à Katmandou le 25 novembre. Outre l'enjeu des stratégies agricoles, c'est le nom même de Monsanto qui fait frémir les contestataires. "Cette firme a une histoire controversée, dénonce l'activiste Sabin Ninglekhu. Et quand Monsanto s'implante dans un pays, elle finit souvent par tester ou par vendre des OGM. Chez notre voisin, l'Inde, les baisses de rendement de son coton transgénique BT ont poussé des paysans au suicide. Nous ne voulons pas de Monsanto."

    Paradoxalement, les protestations ne sont pas venues du gouvernement de Katmandou, mais de la société civile éduquée. Les maoïstes, qui dominent l'Assemblée constituante, auraient pu y trouver une cause facile tant la multinationale peut incarner le nouveau visage de "l'impérialisme capitaliste". Mais trop affairés à la transition politique d'un Népal encore instable après dix années de guerre civile, les politiciens n'y ont prêté aucune attention.

    Lobby américain

    Face aux protestations, USAID et Monsanto ont livré peu d'explications, alimentant les accusations sur le manque de transparence de l'accord. Et le ministère de l'Agriculture a nié en bloc. Il jure qu'aucun accord n'a été formellement conclu, alors que des copies du dossier ont circulé dans tout Katmandou. "Il est vrai que Monsanto veut se développer au Népal par l'intermédiaire de USAID, explique le porte-parole du ministère de l'Agriculture, M. Hari Dahal, vêtu de l'élégant costume traditionnel. La vérité est que nous n'avons aucune législation en place sur les semences hybrides." Il admet que le Népal, dont certains secteurs survivent sous perfusion humanitaire, est "très lié" à des donateurs comme USAID. Dans les bureaux du quotidien Republica, le rédacteur Prem Khanal commente la situation : "Le lobby américain en faveur de Monsanto est extrêmement fort. Le Népal n'aura pas les moyens de contrer la décision finale des Américains."

    Un fait préoccupant est au coeur du débat : la collision entre les enjeux humanitaires liés à la sécurité alimentaire du Népal et les objectifs mercantiles de l'empire industriel de Monsanto. "Pourquoi l'aide au développement prodiguée par les États-Unis doit-elle passer par Monsanto ?" demande Sabin Ninglekhu. Et de citer les dons de semences de Monsanto à Haïti, après le séisme de 2010, critiqués à l'époque comme un moyen de rendre les paysans dépendants des produits de la firme. Par billets interposés, les passions népalaises se sont donc enflammées sur le sujet, les "anti-Monsanto" voyant la mort annoncée de l'agriculture paysanne et des banques de semences traditionnelles.

    Ce qu'ignorent nombre des agitateurs, c'est que cette agriculture est déjà menacée. À ce jour, les autorités népalaises n'ont jamais approuvé la culture d'OGM, mais plusieurs légumes, dont les tomates et les choux-fleurs, sont issus de cultures hybrides, et 25 variétés de maïs hybrides ont déjà été autorisées. Monsanto a commencé à travailler au Népal depuis 2004. Et dans la plaine du Teraï, le long d'une frontière poreuse, les paysans achètent illégalement des graines à leurs voisins indiens, provenant des semenciers Pioneer ou Monsanto. En 2009, la récolte de l'un de ces maïs hybrides a été un échec sur 20 000 acres, et les autorités ont dû dédommager les paysans. "Ce désastre peut être dû à différentes raisons, y compris les températures ou le changement climatique", estime Hari Dahal.

    2 964 variétés de riz

    "Sans l'aide de la science, nous ne pourrons pas répondre aux besoins alimentaires croissants de notre pays", juge, quant à lui, Dr Bhola Mansingh, qui a travaillé toute sa vie au NARC, Centre pour la recherche agricole népalaise. Le Népal importe en effet la moitié des 270 000 tonnes de maïs qu'il consomme chaque année. M. Mansingh favorise donc un "juste milieu" entre contrôle des semences "non naturelles" et préservation du patrimoine népalais qui, par exemple, recense 2 964 variétés locales de riz. "Notre situation alimentaire est très difficile, mais il n'y a pas de drame ; les fermiers ont toujours eu des mécanismes pour réagir, assure Hari Dahal. Les organisations occidentales exagèrent en faisant un portrait catastrophique du Népal pour leurs propres stratégies. Nous sommes mieux classés que l'Inde sur l'indice de la faim. Dans les zones très touchées, le PAM (agence onusienne du Programme alimentaire mondial) organise des distributions de nourriture."

    Concernant les réactions liées à "l'affaire Monsanto", le représentant local de la multinationale, Kiran Dahal, a déclaré à la presse que : "Les paysans népalais utilisent déjà des semences hybrides. Nous essayons juste de les soutenir." USAID, de son côté, a livré un commentaire sur Facebook pour signaler qu'il n'y avait "aucun nouveau programme" de maïs hybride... Mais contacter ces responsables pour essayer d'y voir plus clair n'est pas une mince affaire. C'est en se postant devant l'ambassade américaine et en refusant d'en partir que Le Point parvient à être mis en relation avec un chef de projets d'USAID. Ce sera dans une petite buvette, sur le trottoir d'en face. Thomas Kress, le représentant, n'est "pas au courant des détails" mais confirme que "l'accord existe", pour un projet "qui aura lieu d'ici un an". Et il laisse échapper en finissant son thé : "Personne n'a jamais rien dit quand on fait la même chose au Pakistan ou au Bangladesh ! Pourquoi tant d'histoires au Népal ?"

    Face à la polémique, l'ambassadeur des États-Unis au Népal, M. Scott H. Delisi, a pris sa plume. Dans une note postée le 2 décembre sur sa page Facebook, il se fait le défenseur des semences hybrides et déplore la confusion populaire établie avec les OGM. Il assure : "Le débat ne concerne pas le rôle d'une seule compagnie, mais l'avenir du développement agricole au Népal." Implicitement est défendue l'idée que le Népal, en refusant les semences hybrides, refuserait le progrès en faveur de la sécurité alimentaire. De la même façon, l'argumentaire de Monsanto s'appuie en Asie sur le principe que ses produits incarneraient des "solutions" face à de graves périls.

    "Tous mangés"

    Alertés, les députés népalais ont demandé au ministère de l'Agriculture d'apporter, le 11 décembre, des explications. "Avons-nous vraiment besoin du savoir agricole occidental ?" a alors interrogé un député. "N'allons-nous pas perdre nos variétés locales ?" s'est inquiété un autre. "Et comment faire la différence entre hybrides et OGM ?" Une question que pose aussi Hari Kumar Shrestha, le seul Népalais à avoir une expertise en contrôle des OGM : "Il y a peut-être déjà des contaminations d'OGM au Népal, notamment avec le coton. Si l'Europe a des puissants systèmes de contrôle, ici nous n'avons pas de laboratoire fonctionnel."

    En fin de session, admettant d'"énormes pressions", le porte-parole Hari Dahal a lancé aux députés : "Si une compagnie comme Monsanto vient au Népal, alors nous serons tous mangés." Et de conclure : "L'aide devrait consister à nous épauler pour développer nos propres semences hybrides au lieu d'en importer." Les députés se sont gardés de trancher. Ils demandent la présentation d'un nouveau rapport d'enquête en janvier 2012. Pour l'heure, nul ne sait quel sort sera donné au projet.



    Source: http://www.lepoint.fr/monde/le-geant-monsanto-a-l-assaut-du-nepal-28-12-2011-1413184_24.php

    Contenu sponsorisé

    Re: [DOSSIER] - Monsanto

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 21:42