Le mouvement des indignés


    La Palestine admise à l'Unesco : une "victoire de la justice" - Temps Reel

    Partagez
    avatar
    alpha2mars
    Team
    Team

    Messages : 275
    Date d'inscription : 22/06/2011
    Age : 53
    Localisation : Marseille

    La Palestine admise à l'Unesco : une "victoire de la justice" - Temps Reel

    Message  alpha2mars le Mer 2 Nov - 23:08

    http://tempsreel.nouvelobs.com/palestine-onu/20111031.OBS3556/l-admission-des-palestiniens-a-l-unesco-constitue-un-moment-historique.html

    La Palestine admise à l'Unesco : une "victoire de la justice"

    Cette adhésion éloigne tout accord de paix, estime néanmoins Israël.


    Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est vivement félicité lundi 31 octobre de L'admission des Palestiniens à l'Unesco, en la qualifiant de "victoire de la justice". "L'admission de la Palestine à l'Unesco est une victoire du droit, de la justice et de la liberté", a commenté Mahmoud Abbas, cité par son porte-parole Nabil Abou Roudeina, après que les Palestiniens ont obtenu lundi le statut de membre à part entière de l'Unesco, l'une des principales agences de l'Onu.

    Il s'agit d'"un moment historique qui rend à la Palestine certains de ses droits", a de son côté déclaré le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Malki après le vote. "C'est vraiment un moment historique qui rend à la Palestine certains de ses droits. La Palestine est le berceau des religions et des civilisations", a dit le ministre devant la Conférence générale qui réunit les Etats membres de l'Unesco. "Maintenant qu'elle est membre de l'Unesco, elle fera tout ce qu'elle peut pour que l'Unesco puisse remplir sa mission", a-t-il poursuivi.

    Le président de l'Autorité palestinienne "Mahmoud Abbas m'a téléphoné et il vous remercie tous pour ce vote qui permet à la Palestine de prendre sa position naturelle au sein du concert des nations et de l'Unesco", a ajouté Riyad al-Malki.

    Une décision qui éloigne un accord

    Cette admission éloigne les perspectives d'un accord de paix, a en revanche estimé le gouvernement israélien, en condamnant une "manoeuvre unilatérale" des Palestiniens.

    "Israël rejette la décision de l'Assemblée générale de l'Unesco (...) acceptant la Palestine comme Etat-membre de l'organisation", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

    "Il s'agit d'une manoeuvre palestinienne unilatérale qui ne changera rien sur le terrain mais éloigne davantage la possibilité d'un accord de paix", souligne le communiqué.

    "Cette décision ne transformera pas l'Autorité palestinienne en un véritable Etat mais place des obstacles inutiles sur le chemin de la reprise des négociations", ajoute-t-il.

    "Science-fiction"

    Les pays qui, comme la France, ont soutenu la demande d'adhésion de la Palestine à l'Unesco, verront leur influence sur Israël s'affaiblir, a par ailleurs affirmé l'ambassadeur israélien auprès de l'Unesco, Nimrod Barkan.

    "Cela va certainement affaiblir leur capacité à avoir de l'influence sur la position d'Israël", notamment concernant le processus de paix, a-t-il dit.

    Les pays qui ont voté oui "ont adopté une version de science-fiction de la réalité en admettant un Etat qui n'existe pas à l'organisation chargée de la science... L'Unesco doit se charger de la science, pas de la science-fiction", a-t-il ajouté.

    Une adhésion "contre-productive"

    La France a voté pour l’adhésion de la Palestine, comme la quasi-totalité des pays arabes, africains et latino-américains se sont prononcés pour l'adhésion.

    De leur côté, les Etats-Unis jugent l'adhésion de la Palestine à l'Unesco "prématurée" et "contreproductive", selon l'ambassadeur américain dans cette agence de l'Onu David Killion. "Les Etats-Unis ont voté contre la résolution parce que nous ne pouvons accepter l'admission prématurée des Palestiniens comme membre à part entière d'une agence de l'Onu comme l'Unesco", déclare David Killion dans un communiqué diffusé après le vote.

    Suspension du financement américain ?

    "La seule voie vers (la création) d'un Etat palestinien doit passer par des négociations directes. Il n'y a pas de raccourci et nous estimons que les efforts dont nous avons été les témoins aujourd'hui sont contreproductifs", poursuit-il.

    Les Etats-Unis ont déjà indiqué qu'en cas de vote positif, ils suspendraient leur financement aux activités de l'Unesco. "Cette action menée aujourd'hui complique notre capacité à soutenir les programme de l'Unesco", a répété l'ambassadeur sans dire clairement si les Etats-Unis entendent suspendre leur financement à l'organisation. "Nous promettons de poursuivre nos efforts pour soutenir et renforcer le travail important de l'Unesco", ajoute-t-il.

    Une contribution à hauteur de 22%

    Les Etats-Unis sont tenus par deux lois du début des années 1990 qui interdisent le financement d'une agence spécialisée des Nations unies qui accepterait les Palestiniens en tant qu'Etat membre à part entière, en l'absence d'accord de paix avec Israël.

    La suspension du financement de l'Unesco par les Etats-Unis aurait de lourdes conséquences pour le budget de l'organisation, auquel ils contribuent à hauteur de 22%. Après l'avoir boycotté pendant 20 ans (1984-2003) pour protester contre sa mauvaise gestion et son idéologie tiers-mondiste, les Etats-Unis participent désormais activement aux programmes de l'agence, y voyant un moyen de diffuser certaines valeurs occidentales sans se mettre en première ligne.

    Avant le vote, la sous-secrétaire à l'éducation Martha Kanter avait déjà déclaré devant la Conférence générale que cette admission serait "prématurée" et "contreproductive".

    Côté Français, "Je salue cette très bonne nouvelle : la Palestine entre à l'UNESCO", a fait savoir la candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly.

    Le Nouvel Observateur - AFP

      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 5:28