Le mouvement des indignés


    Le néo-libéralisme: les preuves de l'abjection

    Partagez

    Marc

    Messages : 177
    Date d'inscription : 27/06/2011

    Le néo-libéralisme: les preuves de l'abjection

    Message  Marc le Dim 9 Oct - 9:18

    Contrairement aux industriels les financiers sont des prédateurs qui n'apportent rien à la collectivité, mais qui au contraire vivent sur son dos, tout en pratiquant une exploitation jusqu'à la limite des forces vitales de leurs victimes:

    a) La spéculation à la baisse.
    Vous êtes salarié(e) de telle société. un trader décide de spéculer à la baisse sur les actions de votre société.
    Il s'engage alors à acquérir une semaine plus tard des actions,

    Alors qu'il ne les possède pas encore vraiment , il vend aussitôt son stock.

    ce qui provoque une baisse de la valeur des actions.

    il les a vendu au cours 1000.

    il doit alors payer le prix de la transaction, c'est à dire 800 puisque le cours à baissé

    Il est gagnant de 200, et multiplié par un certain nombre cela peut faire 200 millions d'euros ou deux milliards d'euros, qu'il gagne sur votre dos, sans avoir accompli aucun service utile pour la société

    b) le record d'infamie réside dans le "Leverage Buy Out", ou L. B. O., la médaille d'argent, de l'infamie et de l'inhumainité financiaro-économiste, qui consiste en très gros à acquérir une entreprise uniquement 10% de son prix et ensuite à payer tout en étant largement bénéficiaire en vendant l'entreprises par lot, et en profitant de l'angoisse ainsi crée chez les salariés, pas encore vendus, qui se mettent à travailler double pour sauver leur poste, bien entendu en vain, car rien ne sert de nourrrir la bête qui ne se rassasie pas.



    c) le numéro un dans l'infame, est le process de la "Désorientation Psychologique Programmée" ou D. P. P.qui jusqu'à présent ne concernait que le privé, ou le secteur public privatisé, mais qui commence à s'abattre lourdement sur la fonction publique Territoriale et d'Etat;

    ca) on prend un salarié et un fonctionnaire et on le nomme non pas sur un , mais sur deux voire trois postes en même temps,

    cb) bien entendu le salarié ou le fonctionnaire n'a droit à aucune formation pour savoir ce qu'il doit faire;

    cc) ensuite on supprime tous ses repères, le salarié n'est plus rattaché à un service précis, il dépend directement de la Direction, il ne sait pas ce qu'il doit faire

    cd) on guette la faute professionnelle qui dans ces conditions ne peut manquer d'arriver;

    ce) bien entendu on s'attaque de préférence à des sujets faibles, qui se défendront moins bien, et pour lesquels la collectivité se mobilisera moins.

    cd) on espère les voir craquer et démissioner de façon à éviter toute indemnité de licenciement et parceque c'est encore difficile et inconstitutionnel de virer des fonctionaires;

    Je suis témoin des effets qu'a sur deux salariés cette politique, et l'un d'entre eux effectivement et en train de craquer nerveusement et parle de démission.

    Si cela vous arrive, au contraire il faut être fort, tenir le coup. Si on ne vous donne plus de travail, ou une tâche pour laquelle vous n'avez pas été formé, faîtes vos horaires, en essayant de faire au mieux. Si on ne vous donne rien à faire, faîtes des études, lisez, tchattez si on vous a laissé votre poste informatique.
    Mais chaque jour, soyez là.

    En général, si ils voient que vous ne craquez pas, au bout de trois à six mois maximum, il renoncent à vous faire démissionner voire pire, il y a eu en ffet à ce jour environ un millier de salariés et de fonctionnaires qui en sont arrivés à un acte hélas très triste, causé directement par la D.P.P.



    ALORS, IL Y A DES RAISONS D'ETRE UN INDIGNE.

      La date/heure actuelle est Ven 26 Mai - 13:01