Le mouvement des indignés


    Gestion par les travailleurs eux-mêmes, SCOP, AMAP, et entreprises reprises par les travailleurs (ERT)

    Partagez

    Marc

    Messages : 177
    Date d'inscription : 27/06/2011

    Gestion par les travailleurs eux-mêmes, SCOP, AMAP, et entreprises reprises par les travailleurs (ERT)

    Message  Marc le Mer 17 Aoû - 10:58

    Nucua a écrit:Ben en même temps "il faut de tout pour faire un monde" donc des cons aussi. :hihi: Et puis on dit aussi "la connerie c'est la decontraction de l'intelligence". A la limite, plus un con est intelligent, plus il se rapproche du trône... mais faut bien que l'intelligence prenne des vacances aussi mais bon. Qu'est ce que donne l'intelligence sans vacances d'ailleurs ? (c'est juste pour faire une rime minable) Et puis aussi, dans une guerre, il y à l'élite qui décide des conditions de la guerre et puis les idiots qui vont vider (au sens propre) leur tripes sur le champ de bataille, donc, quelque part, la guerre ne peut pas être les intelligents contre les idiots, mais chaque élite (supposé intelligente) doit disposer d'un contingent entretenu et renouvelé "d'idiots" pour faire la sale besogne. Et puis je ne comprend pas le rapport établi dans le message du sujet entre la méchanceté et le manque d'intelligence, pourquoi les deux seraient liés ? Mais, au bout du comte, moi je suis l'idiot du village alors bon ...
    La raison de l'apparition dans mon texte du concept de gentillesse avec celui de connerie, c'est parceque j'essaye de lever une contardiction. La raison principale de mes militantismes est d'aider des gens pas très fut-fut (mais ce n'est pas de la pitié je partage des combats qui m concernent mais disons qu'il n'ya apas que mon intéret, par exemple quand je vois à la Timone , à marseille un fou qu'ils ont jugé non dangereux et ne plus avoir les moyens de prendre en charge, il l'ont carrément foutu dehors, avec une vague très vague surveillance sociale, mais le mec risuue de finir clodo, je pleure, ça me conforte dans mes chois politiques et de penser que les néo-libéraux ne sont pas des êtres humains (blague: normal ce sont des reptiliens). Mais ensuite c'est dur de se dire que c'est pour guider leur connerie que les maîtres existent, maîtres sans lesquels les cons seraient sans repère et tomberaient dans le précipice. La solution idéale seraient que les cons et l'aristocratiue règlent leurs petites affaires sado-maso entre eux et nous laissent en paix, nous qui ne sommes pas dans le rapport dominant-dominé. Mais en réalité une fois que les cons ont fait naître les maîtres, ces derniers nous asservissent aussi. Pour se déssasservir pour l'instant , le seul moyen c'est d'être maître soi même , cette solution ne me convient pas car je ne veux pas palus être dominé que dominer. Un petit règlement de compte par ci par là je ne dis pas, (Harratch il faudra qu tu nous donnes quelques recettes, je ne connais que le coktail molotof et le maniement du famas, ce qui est maîgre) , mais devenir le boss, si je pouvais non ! Je leur dirais de se prendre en charge mais on sait par mille expéreince que la moitié veulent un boss. Si je suis trop doux ils prendarient un autre boss et je me retrouverai asservi ,m^me si je suis le fondateur de l'entreprise. On est revenu à la case départ. Problème difficile ___ En fait Au départ c'était simple pour la libération vous aviez les socialo-communistes. Quand la bureaucratie a pris le pouvoir en URSS, on s'est tourné vers Tito (je ne parle pas du socialisme à visage humain hongrois ou tchèque en 1968, ils ont été "normalisés" par les soviétiques avant d'avoir pu nou montrer ce qu'ils vallaient) Tito pour éviter le pouvoir des apparatchicks a donné son indépendance à chaque entreprsie, l'autogestion absolue, mais dans ce syst-me ceux qui voulaient pas être chefs alourdisaient ls gens sages qui voulaient gouverner sans profit l'entreprise, juste de uoi se payer une bone vie, et pour se dépétrer de cette situation, il a fallun occuper les cons dans des compétitions stupides. Ca a donné du capitalisme mais dont l'élément de base serait l'entreprise et non l'individu. En effet, toutes les entreprises cherchaient à asservir soit leur fournisseur soit leurs clients. Jamais découragé attacc sur le ;métier a remis nl'ouvrage. Cette fois ils ont intégré les facteurs psychologiques ce que Lennine avait négligés. Bon on sait que la moitié veut être dirigée, mais par qui, le moins con est que ce soit par l'autre moitié des salariés, les plus adultes, etc... Ca a été posible (dans un monde néo-libral grace aux régions qui se sont portés caution auprès des fournissseurs et des acheteur: le résultat on a 2000 employés en SCOP en poitou-Carentes en France totale je ne sais pas et on 14 000 ERT (entreprisie reprise par les travailleurs) qui ont commencé avec ce que le patron n'avait pas pu amener en Chine , ceci on l'a en Argentine. Donc je suis honnête, dans mon idéal, on est 64 millions, seuls 32 million seront libres, mais les 32 millions autres seront esclaves PAR CHOIX. A cette heure on ne peut faire mieux sauf à faire de 'eugénisme de con, mais il n'en est pas question.

      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 14:57