Le mouvement des indignés


    Lettre ouverte au maire d'Athenes des indignés de Grece

    Partagez
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Lettre ouverte au maire d'Athenes des indignés de Grece

    Message  Provencracie le Dim 24 Juil - 0:55

    Lettre ouverte au maire d'Athenes
    Submitted by Antoine on Thu, 14/07/2011 - 15:49

    Suite à un ordre du gouvernement, vous avez déclaré que vous alliez faire évacuer la Place Syntagma, prenant sur vous d’ordonner une action anticonstitutionnelle, puisque la Constitution, dans l’article 11 protège explicitement le droit de réunion des citoyens.

    Nous vous rappelons que les lieux publics de la municipalité appartiennent aux résidents de cette ville.
    Depuis 45 jours les citoyens d’Athènes, de la ville dont vous êtes le maire, se réunissent et manifestent pacifiquement sur les lieux publics et sur les places.
    Nous luttons pour la justice et la dignité et nous refusons d’obéir à toute loi anticonstitutionnelle et injuste, ainsi qu’à tout mémorandum, qui anéantissent nos vies.
    Or vous, pendant ces 45 jours, vous nous ignorez ostensiblement. Au lieu de venir vous joindre au mouvement de la place Syntagma, vous vous hâtez de vous conformer aux ordres du gouvernement, ordres qui sont tous tournés contre nous.
    Durant 45 jours les assemblées populaires de la place Syntagma, appliquant la démocratie dans les faits, ont suscité l’intérêt du monde entier ainsi que celui des touristes.
    Cependant vous affirmez, en sachant que cela est mensonger, que les annulations des séjours touristiques ainsi que le marasme du commerce au centre-ville d’Athènes sont dus aux "Indignés" !
    Vous savez très bien que les centaines de milliers de manifestants grecs et étrangers qui sont passés, passent ou sont installés sur la place Syntagma, non seulement ne nuisent pas mais au contraire renforcent la vie touristique et commerciale du centre-ville.
    Vous n’avez pas dit un mot des conséquences sur le tourisme de la répressions terroriste du gouvernement le 15 juin, ni contre l'orgie de gaz lacrymogènes ou contre les provocateurs et les violences policières des 28 et 29 juillet, non seulement sur la Place Syntagma, mais aussi à Pangrati, au Stade, à Monastiraki, sur l’avenue Dionyssiou Aéropagitou (n.d.t. voie piétonne qui mène les touristes à l’Acropole), etc.
    Vous n’avez pas dit un mot sur les répercussions des actes de violence et terroristes de l’état, sur la vie commerciale du quartier de Syntgma et du centre-ville en général.
    Vous n’avez pas dit un mot, non plus, à propos des assauts des hordes des DIAS (policiers à moto) sur les magasins et les restaurants de la rue Ermou et dans bien d’autres rues commerciales, ainsi que sur les actes de violences policières perpétrés contre des touristes !
    Vous n’avez pas pris position contre les violences meurtrières des forces de répression à l’encontre des résidents de votre ville, et vous en êtes, même, venu à refuser d’en débattre au sein du Conseil Municipal.
    Vous n’avez pas dit un mot sur les dégâts causés par les CRS et les forces de répression gouvernementales, sur les lieux publics de la ville et sur la Place Syntagma plus particulièrement.
    Vous n’avez rien dit sur les nuages de produits chimiques répendus un peu partout par les prétoriens de M. Papoutsis (n.d.t. ministre pour la protection des citoyens), gaz nuisibles à la sécurité et à la santés des Athéniens.

    Vous n’êtes même pas intervenu pour empêcher les violences policières incontrôlées qui ont eu pour conséquences des centaines de blessés. C’est par hasard et surtout grâce à notre solidarité que nous n’avons pas eu de morts.

    Vous n’avez rien dit contre le plan organisé par la police pour pousser les drogués vers la Place Syntagma. Si certains sans-abris ou drogués s’y réfugient, c’est que personne ne les en chasse. Si leur présence offense votre esthétique, nous vous rappelons qu’ils sont les victimes de la politique d’indifférence de l’état et de la municipalité à leur égard, dont vous êtes co-responsable. En conséquences, au lieu de les chasser de rue en rue et de place en place, vous avez le devoir de vous pencher sur leur problème et de le prendre en charge, de leur redonner espoir, de leur procurer un toit et des soins, afin qu’ils repartent en ayant retrouvé leur dignité. N’oublions pas que la majorité de ceux qui séjournent sous les tentes de la Place Syntagma est constituée de personnes qui ont abandonné leur maison et leur vie quotidienne pour concrétiser l’appel de la Place : « Nous ne partons pas tant qu’ils ne partent pas ». Des gens aussi décidés, le pouvoir en place les redoute et il les offense.

    Lorsque les citoyens ont été en danger, vous avez brillé par votre
    absence. Pendant les heures et les jours critiques, Athènes n’a pas eu
    de maire. Laissez donc tomber les prétextes, et avouez que vous avez
    reçu l’ordre de collaborer a l’ opération de dissolution des
    assemblées populaires de la place Syntagma. Allez vous vous conformer
    aux ordres d’un gouvernement de violence et d' injustice, a la quelle
    vous obéissez servilement jusqu'à aujourd’hui, et vous tourner
    clairement contre les citoyens et électeurs de votre commune ? Au
    lieu de maire d’ Athènes et défenseur des habitants de votre commune,
    vous deviendrez l’accusateur/dénonciateur et le complice de la
    violence qui s’ exerce contre eux ?
    Nous, dans tous les cas, nous ne sommes pas les ‘’indignés’’ que
    présentent les Masse- Média, nous sommes des citoyens actifs et
    décidés de nous battre de tous les moyens possibles suivant les
    décisions collectives prises a l’ intérieur de nos assemblées
    populaires, jusqu’au départ de tous ceux qui nous ont amenés a cette
    situation la : gouvernement, troica, Memorandums et memorandum a moyen
    terme, banques et leurs exécutants etc., jusqu'à ce que nous ayons
    réapproprié nos vies et établi une vraie démocratie, régie par des
    relations d’ égalité, de justice et de dignité.
    L’ assemblée populaire de la place Syntagma concerne tous les
    citoyens. Vous êtes tous invites de venir et d’exposer personnellement
    vos opinions, comme tout le monde.


    Assemblée populaire de la place Syntagma, le 10 juillet 2011.

    sources : site democratie reelle de Grece.

    http://real-democracy.gr/fr/announcement/lettre-ouverte-au-maire-dathenes

    Marc

    Messages : 177
    Date d'inscription : 27/06/2011

    Re: Lettre ouverte au maire d'Athenes des indignés de Grece

    Message  Marc le Dim 24 Juil - 8:49

    Chère Provencratie,
    Comme tu as du le remarquer ainsi que les autres forumeurs, je suis d'un naturel taquin, et j'aime bien mettre le doigt sur nos faiblesses, (sans oublier de louer nos réussites). De plus ces derniers temps, j'ai un peu trop parlé, car les gens étient en vacances et j'ai voulu en quelque sorte "combler le vide".
    Cependant, ces taquineries ne sont pas méchantes et ne visent nous renforcer.(D'autre prt tout est réglé pour le point de rendez vous et la restitution du matériel technique qu'on m'a confié, pour les tracts, je vous laisse décider de tout)
    D'autre part,je ne ferais que quatre sujets grand maximum par jour, et le reste sera pour répondre (après les avoir lu atentivement) aux autres forumeurs;
    _____
    Revenons au sujet la Grèce : ils font des montées (avec des millions de personnes) sur leur Parlement, comme nous l'avions fait en 2003 (nous étions 5 millions en mai 2003) , ils se prennent des gaz lacrymogènes et ensuite ils se dispersent.
    Ne serit-on pas en droit de leur demander de mettre en places des grosses actions du type grève générale ou coupée de l'arrive des hydrocarbures, pratiques fréquemment pratiquées à Marseille ?

    Marc

    Messages : 177
    Date d'inscription : 27/06/2011

    Re: Lettre ouverte au maire d'Athenes des indignés de Grece

    Message  Marc le Dim 24 Juil - 9:08

    Provencracie a écrit:Lettre ouverte au maire d'Athenes
    Submitted by Antoine on Thu, 14/07/2011 - 15:49

    Suite à un ordre du gouvernement, vous avez déclaré que vous alliez faire évacuer la Place Syntagma, prenant sur vous d’ordonner une action anticonstitutionnelle, puisque la Constitution, dans l’article 11 protège explicitement le droit de réunion des citoyens.

    Nous vous rappelons que les lieux publics de la municipalité appartiennent aux résidents de cette ville.
    Depuis 45 jours les citoyens d’Athènes, de la ville dont vous êtes le maire, se réunissent et manifestent pacifiquement sur les lieux publics et sur les places.
    Nous luttons pour la justice et la dignité et nous refusons d’obéir à toute loi anticonstitutionnelle et injuste,[/ ainsi qu’à tout mémorandum, qui anéantissent nos vies.
    Nos adversaires se moquent de la légalité comme de leurs premières chausettes, c'est pour cela que l'autre jour, j'ai été un peu choqué, lorsqu'un Indigné m'a rappelé à la loi, de ne pas utiliser un distributeur de tracts au black, bien que j'ai accepté cette demande de cet Indigné
    Provencracie a écrit:Or vous, pendant ces 45 jours, vous nous ignorez ostensiblement. Au lieu de venir vous joindre au mouvement de la place Syntagma, vous vous hâtez de vous conformer aux ordres du gouvernement, ordres qui sont tous tournés contre nous.
    Avec (un peu) de provocation, o pourrait dire qu'il est payé pour cela.
    Provencracie a écrit:
    [Durant 45 jours les assemblées populaires de la place Syntagma, appliquant la démocratie dans les faits, ont suscité l’intérêt du monde entier ainsi que celui des touristes.
    Cependant vous affirmez, en sachant que cela est mensonger, que les annulations des séjours touristiques ainsi que le marasme du commerce au centre-ville d’Athènes sont dus aux "Indignés" !
    Contrôle de l'information : journaux, radio, télévision, in ternet, face book...
    Provencracie a écrit:[Vous savez très bien que les centaines de milliers de manifestants grecs et étrangers qui sont passés, passent ou sont installés sur la place Syntagma, non seulement ne nuisent pas mais au
    contraire renforcent la vie touristique et commerciale du centre-ville.
    Pas tout à fait exact, ils nueint aux seuls qui à ces yeux comptent, les banquiers qui veulent par tous les moyens récupérer l'argent de la dette. Quitte à mettre tout le monde à demi-salaire.
    Provencracie a écrit:
    Vous n’avez pas dit un mot des conséquences sur le tourisme de la répressions terroriste du gouvernement le 15 juin, ni contre l'orgie de gaz lacrymogènes ou contre les provocateurs et les violences policières des 28 et 29 juillet, non seulement sur la Place Syntagma, mais aussi à Pangrati, au Stade, à Monastiraki, sur l’avenue Dionyssiou Aéropagitou (n.d.t. voie piétonne qui mène les touristes à l’Acropole), etc.
    Vous n’avez pas dit un mot sur les répercussions des actes de violence et terroristes de l’état, sur la vie commerciale du quartier de Syntgma et du centre-ville en général.
    Vous n’avez pas dit un mot, non plus, à propos des assauts des hordes des DIAS (policiers à moto) sur les magasins et les restaurants de la rue Ermou et dans bien d’autres rues commerciales, ainsi que sur les actes de violences policières perpétrés contre des touristes !

    provencratie, je t'"explique Very Happy ", nous nous devons restésassis et subir les coupd de matraques, mais pour eux (en tout cas dans leur système) ils ont tout à fait le droit de nous matraquer (tout en perpétrant comme tu le dis très bien, tant qu'ils y sont également des actes de violence sur les touristes, étarngers à notre mouvements, tant qu'ils y sont, ils ne font pas trop de diffrence), d'envoyer des pavés dans les vitrines pour faire croire que c'est nous, ne nous envoyer des bombes lacrymogènes, de nous arrêter pour pouvoir tranquillement nous tabasser à l'abri des regards indiscrets.
    Vous n’avez pas pris position contre les violences meurtrières des forces de répression à l’encontre des résidents de votre ville, et vous en êtes, même, venu à refuser d’en débattre au sein du Conseil Municipal.
    Vous n’avez pas dit un mot sur les dégâts causés par les CRS et les forces de répression gouvernementales, sur les lieux publics de la ville et sur la Place Syntagma plus particulièrement.
    Vous n’avez rien dit sur les nuages de produits chimiques répendus un peu partout par les prétoriens de M. Papoutsis (n.d.t. ministre pour la protection des citoyens), gaz nuisibles à la sécurité et à la santés des Athéniens.

    Provencracie a écrit:
    Vous n’êtes même pas intervenu pour empêcher les violences policières incontrôlées qui ont eu pour conséquences des centaines de blessés. C’est par hasard et surtout grâce à notre solidarité que nous n’avons pas eu de morts.

    N’oublions pas que la majorité de ceux qui séjournent sous les tentes de la Place Syntagma est constituée de personnes qui ont abandonné leur maison et leur vie quotidienne Des gens aussi décidés, le pouvoir en place les redoute et il les offense.Lorsque les citoyens ont été en danger, vous avez brillé par votre
    absence. Pendant les heures et les jours critiques, Athènes n’a pas eu
    de maire. Laissez donc tomber les prétextes, et avouez que vous avez
    reçu l’ordre de collaborer a l’ opération de dissolution des
    assemblées populaires de la place Syntagma
    . Allez vous vous conformer
    aux ordres d’un gouvernement de violence et d' injustice, a la quelle
    vous obéissez servilement jusqu'à aujourd’hui, et vous tourner
    clairement contre les citoyens et électeurs de votre commune ? Au
    lieu de maire d’ Athènes et défenseur des habitants de votre commune,
    vous deviendrez l’accusateur/dénonciateur et le complice de la
    violence qui s’ exerce contre eux ?
    S'il y avait 10 euros à parier, à ton avis de quel côté s'est-il rangé, du côté des citoyens ?

    [Nous nous battrons] jusqu'à ce que nous ayons
    réapproprié nos vies et établi une vraie démocratie, régie par des
    relations d’ égalité, de justice et de dignité.
    L’ assemblée populaire de la place Syntagma concerne tous les
    citoyens. Vous êtes tous invites de venir et d’exposer personnellement
    vos opinions, comme tout le monde.


    Assemblée populaire de la place Syntagma, le 10 juillet 2011.

    sources : site democratie reelle de Grece.

    http://real-democracy.gr/fr/announcement/lettre-ouverte-au-maire-dathenes[/quote]

    Contenu sponsorisé

    Re: Lettre ouverte au maire d'Athenes des indignés de Grece

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 10:37