Le mouvement des indignés


    Haro sur les contre-pouvoirs des finances locales

    Partagez
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Haro sur les contre-pouvoirs des finances locales

    Message  Provencracie le Mer 20 Juil - 14:29

    Haro sur les contre-pouvoirs des finances locales

    Une grande première : les magistrats des chambres régionales des comptes (CRC) ont refusé de siéger en raison de la réforme qui devrait réduire massivement les contrôles financiers des CRC sur les élus locaux.
    Alors que le gouvernement n'a de cesse de rappeler le caractère exemplaire de l'Etat, la lutte contre les conflits d'intérêts, la transparence, il décide, en urgence de faire voter un textedestiné
    à réduire le nombre, les moyens et le champ de compétence des CRC. Et
    de plus, le texte est présenté en début de vacances scolaires pour être
    discuté en deux jours.

    Revenons trente ans en arrière. La décentralisation s'est accompagnée
    de la création des chambres régionales des comptes chargées de veiller
    sur la gestion financière et pas seulement comptable des collectivités
    locales.
    Ce contrôle n'a pas empêché la déferlante des affaires
    politico-financières des années 80-90 mais les magistrats ont
    progressivement pris leur marque, trouvé les moyens de donner des
    débouchés pénaux aux malversations qu'ils avaient trouvées et permis aux
    oppositions de mettre en exergue les lettres des cours critiquant
    budget ou comptes.
    C'était trop. Avant de quitter le gouvernement, Lionel Jospin supprimait une partie de la compétence des CRC, celle concernant précisément la gestion financière.
    Dix chambres au lieu de vingt-deux



    Philippe Séguin avait
    préparé une réforme reprise après son successeur que contestent les
    magistrats des cours. A des critiques de fond s'ajoute aujourd'hui une
    critique de forme puisque le député Jean-Luc Warsmann (UMP), a présenté
    des amendements destinés à faire « adopter en force et dans la
    précipitation » le projet de réforme dans un autre cadre, celui d'un
    texte sur les procédures de la justice. Le Syndicat des juridictions
    financières (SJF), qui rassemble 70% des 350 magistrats financiers, souligne dans un communiqué :
    « Par l'utilisation de la procédure accélérée, les
    parlementaires à l'origine de cette manœuvre, empêcheront ainsi
    plusieurs lectures du projet de loi et donc tout débat sur une réforme
    qui touche à des institutions cruciales pour l'équilibre de la vie
    publique locale. »
    Sous prétexte d'accroître les pouvoirs, la réforme :

    • réduit le nombre de chambres à dix (contre vingt-deux),
    • réduit les moyens,
    • supprime la mission essentielle et « gênante » du jugement de la responsabilité financière des élus.

    Ainsi, une fois de plus, la politique de l'oxymore est portée aux
    sommets et le pouvoir montre dans quel degré de considération et
    d'estime il tient la justice dans ce pays.
    « Un coup sévère au contrôle des finances publiques locales »


    Il est vrai que les CRC sont les premières à voir les marchés
    truqués, les subventions fantômes ou illicites, les petits services
    rendus entre amis… pour permettre à une infime minorité de continuer ses
    prébendes en toute sérénité, la majorité est prête à passer par pertes
    et profits deux des articles de la Déclaration des droits de l'homme les
    moins appliqués mais les plus importants dans la démocratie :
    »Article 14. Les citoyens ont le droit
    de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de
    la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre
    l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et
    la durée.
    Article 15. La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration. »
    Selon les magistrats, elle va conduire à un affaiblissement des CRC
    « par le refus de leur confier le jugement de la responsabilité
    financière des élus locaux et par la réduction de leur présence sur le
    territoire ». La réforme « va porter un coup sévère au contrôle des
    finances publiques locales en amoindrissant les forces des chambres
    régionales qui démontrent pourtant chaque jour qu'elles sont
    indispensables à la démocratie locale », considèrent-ils.
    Les magistrats contestent en particulier une disposition qui prévoit
    que le nombre de CRC sera au maximum de vingt. Philippe Séguin prévoyait
    même de remplacer les vingt-deux CRC actuelles – une par région – par
    une dizaine de chambres interrégionales absorbées par la Cour des
    comptes.

    Corinne LEPAGE
    7 juillet 2011
    sources : http://www.rue89.com/corinne-lepage/2011/07/07/haro-sur-les-contre-pouvoirs-des-finances-locales-212359

      La date/heure actuelle est Lun 22 Mai - 19:24