Le mouvement des indignés


    Argentine - l'heure des fous sur Article 11

    Partagez

    renaud

    Messages : 25
    Date d'inscription : 03/07/2011

    Argentine - l'heure des fous sur Article 11

    Message  renaud le Dim 3 Juil - 9:12

    source : http://www.article11.info/spip/L-heure-des-fous

    Toujours vient l’heure des fous. Au début des années
    2000, blocages de route, manifestations au son des casseroles,
    récupérations d’usines ou mises en place de services communautaires -
    expériences exaltantes et initiatives salutaires - firent trembler le
    capitalisme argentin, loin des partis et de tout dogmatisme. Puis
    l’heure des fous est passée ; joyeuse fièvre retombée. Pour de bon ?
    Non : il en reste toujours quelque chose.







    L’heure des fous
    vendredi 1er juillet 2011, par Guilllaume Sabin

    Cet article a été publié dans le numéro 3 de la version papier d’A11














    -

    Nord de l’Argentine, champs de cannes à sucre, rues
    plantées d’orangers. Une nuit, 1976, deux villes plongées dans le noir.
    Deux villes sous le contrôle de la plus grande raffinerie de sucre du
    continent. L’entreprise fournissait le logement et la lumière à ses
    employés. Ce fut également elle qui décida de couper l’électricité.

    C’était le début d’une dictature. Sanglante. De la nuit doublement
    noire monta le bruit des moteurs de camions bâchés et de pick-up aux
    couleurs de l’entreprise. Les véhicules s’arrêtaient devant le seuil de
    certaines maisons, des militaires et policiers surgissaient dans les
    pièces plongées dans l’obscurité. Le va-et-vient des soldats, le
    grondement des moteurs, le claquement des portes et les cris étouffés
    durèrent toute la nuit.

    Au matin, quatre cents habitants avaient disparu : syndicalistes,
    militants de gauche, simples employés de la puissante raffinerie...
    C’est cette dernière qui avait fourni la liste des gêneurs ainsi que
    leurs adresses. Au matin la peur s’était installée. Le silence aussi.
    Les quatre cents furent torturés, déplacés à travers tout le pays,
    emprisonnés dans les commissariats et les centres de détention
    clandestins de l’armée. Trente-trois ne réapparurent jamais.
    Trente-trois qui, des années plus tard, au moment des macabres bilans,
    firent partie des trente mille « disparus » de la dictature. Cette nuit
    sans lumière électrique est, dit-on, restée dans la mémoire des gens
    sous le nom de la noche del apagón [1].


    On raconte qu’une femme, coiffée d’un foulard blanc,
    commença alors à tourner chaque jeudi autour d’une place. Son mari
    faisait partie des trente-trois. Elle marcha chaque semaine, pour
    réclamer la vérité, savoir ce qui lui était arrivé, ce qu’il était
    devenu. Elle marcha, seule, des années.

    On raconte aussi qu’elle marche encore...

    Règles & mesures



    On lit souvent qu’il faut avec les luttes agir comme
    avec les livres de comptes des fabriques et des manufactures : une
    colonne à gauche, une autre à droite, un trait au milieu tracé à la
    règle. D’un côté les actifs, de l’autre les passifs. L’heure n’est-elle
    pas à la comptabilité ?

    Pourquoi les résistances échapperaient-elles aux règles et aux
    mesures ? Ainsi des luttes qui secouèrent l’Argentine des années 1990 au
    milieu des années 2000 : dans la colonne de gauche, on se réjouit de la
    magnitude de l’insurrection et de sa capacité d’invention ; dans celle
    de droite, on se lamente de son incapacité à avoir fait tomber le
    capitalisme – par déficit de coordination, par insuffisance de
    massification, par absence de planification, par manque de doctrine,
    par... longue colonne des passifs. Le solde est négatif : au pays de
    naissance du Che, le capitalisme a retrouvé sa vigueur.

    Constat implacable : alors qu’après l’insurrection des 19 et 20
    décembre 2001 – qui obligea le Président de l’époque, à démissionner et à
    fuir le palais présidentiel en hélicoptère –, pas une seule vitrine de
    banque ne semblait tenir debout dans les rues de Buenos Aires, elles
    sont aujourd’hui flambant neuves, avec en sus un vigile armé à l’entrée
    de chacune. Passons notre chemin, cette lutte-là a vécu.

    Une question, cependant : n’y avait-il pas des femmes et des hommes
    pour marcher dans les rues, multitude furieuse et enthousiaste,
    manifestant au son des cuillères tapées sur des casseroles, au cri de « ¡ que se vayan todos ! », qu’ils s’en aillent tous, adressé à la classe politique dans son ensemble... Dans quelle colonne faut-il les ranger, ces manifestants ?

    Dérèglement & démesure



    Oui, il semble bien que dans les rues, ces années-là, il
    y ait eu quelques femmes et quelques hommes. Quelques enfants aussi. Il
    semble également qu’ils surent faire preuve d’intelligence et de
    créativité.

    Ils inventèrent les blocages de route par les salariés licenciés,
    placés sans état d’âme dans la colonne « passifs » des privatisations
    (ceux-là, qu’on nomma piqueteros, ne voulaient pas demeurer
    invisibles) ; ils inventèrent pour les gouvernements atteints de surdité
    profonde les manifestations au son des casseroles (ceux-là voulaient se
    faire entendre) ; ils inventèrent les assemblées de voisins se
    réunissant au coin des rues (ceux-là voulaient délibérer et
    n’attendaient pas d’être représentés) ; ils inventèrent les usines
    récupérées après que leurs patrons se furent enfuis avec des valises
    chargées de coupures en dollars (ceux-là voulaient s’autogérer) ; ils
    inventèrent les boulangeries, les centres de santé et les transports
    communautaires (ceux-là créaient du commun dans un paysage social
    fragmenté) ; ils inventèrent l’intensité de la vie publique (ceux-là
    étaient une multitude, on les rencontrait tenant une cantine populaire,
    un centre culturel, un lieu d’éducation informelle pour enfants, une
    troupe de musiciens ambulants) ; ils inventèrent des espaces nationaux
    de coordination de ces expériences autonomes (ainsi nommaient-ils ce
    qu’ils construisaient) ; ils inventèrent des lieux de rencontre avec les
    compagnons des Sans-Terre du Brésil, ceux de la Bolivie rebelle ou du
    Chiapas mexicain (ceux-là, peu leur importaient les frontières
    nationales)...

    Si vous avez cheminé du côté du Río de la Plata en ces années-là,
    vous vous souvenez forcément de ces heures de folie. De ces assemblées
    de voisins dans les rayons d’un supermarché récupéré par ses employés.
    Du cache-cache avec la police pour récupérer une belle villa dans le
    centre de Rosario. De ces journées sans fin où chaque lieu était propice
    à la rencontre, à la discussion politique, à l’invention de nouvelles
    pratiques. Vous n’avez surement pas oublié ces milliers de kilomètres
    parcourus pour rencontrer d’autres expériences menées ici ou là dans ce
    grand pays. Ces échanges de livres, de films et de brochures, et
    l’attente dans l’épicerie du coin pour photocopier la rançon de vos
    échanges. Tout cela s’est gravé en vous, le sourire des gens, leur
    affabilité, le goût du maté partagé, les manifestations, les assemblées,
    les réunions, les ateliers de discussions où le mot dignité était sur
    toutes les lèvres, où les vêtements élimés et les chaussures défraichies
    comptaient moins que les regards déterminés et la volonté de construire
    autre chose. Or, fallait-il, pour que tout cela existât, une
    organisation de masse, une quelconque planification ?

    Les préposés aux livres de comptes, cependant, ne se contentent pas
    de la surface des choses. Ils veulent avant tout savoir si ces
    expériences ont réellement changé la donne. La rigueur de leur fonction
    leur a appris à se méfier de la nature même de ces luttes : exaltantes
    mais parcellaires, et pour cela toujours vaincues.

    Contes, fables & autres légendes



    Les vieilles histoires ont un charme certain : on se les
    répète à l’envi ; et c’est sans doute cette mélodie lancinante qui les
    rend si agréables. L’une d’elle raconte que le capitalisme s’effondrera,
    comme tombent un jour ou l’autre les tyrannies. Faut-il chercher la
    raison d’être de ce conte dans le goût immodéré de chacun d’entre nous
    pour les histoires au dénouement heureux ? Ou bien dans notre penchant
    pour les histoires qui mettent face à face des bons et des méchants, où
    l’on peut vite s’identifier aux uns et frissonner à l’évocation des
    autres ?


    Peut-on changer les vieilles histoires, leur début et leur fin ?

    Le début d’abord. « En acquérant de nouvelles forces
    productives, les hommes changent leur mode de production et, en
    changeant le mode de production, la manière de gagner leur vie, ils
    changent tous leurs rapports sociaux
    », voilà ce qu’un célèbre
    touche-à-tout écrivait en 1847. En substance, cela signifiait que
    l’instance déterminante pour expliquer l’histoire et la configuration
    présente des sociétés était à rechercher du côté des forces économiques.
    Le conte eut un certain succès, il semble même que notre époque en ait
    fait un mythe fondateur. Cependant, depuis le milieu du XIXe siècle,
    beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Ne sommes-nous pas passés de la
    secrète dernière instance qu’il fallait révéler à l’obscénité
    entièrement dévoilée de notre temps, où le pet du moindre boursicoteur
    fait la une des médias, où les taux, les courbes et les indexations sont
    chaque jour et chaque heure surabondamment commentés ? Faut-il prendre
    au sérieux un « système d’exploitation » qui
    n’aurait plus rien à cacher ? Qui présenterait chaque jour à tous les
    ficelles de sa machinerie diabolique ? Alors qu’on nous enjoint sans
    cesse de scruter les registres de comptes, ne faudrait-il pas lorgner
    vers d’autres directions ? Fouiner ailleurs pour y dégoter de nouvelles
    formes de « dominations », plus difficiles à mettre à jour parce
    qu’elles nous concernent tous ? Glaner en des lieux moins fréquentés
    afin de ne pas répéter ou commenter les mêmes faits que les télévisions à
    fortes audiences ou les journaux à grands tirages ?

    La fin ensuite. Définir le capitalisme comme un simple « système de domination »
    (la fable : des dominants, des dominés), en laissant sous-entendre que
    ce sont les contradictions liées à ce système binaire qui rendent sa
    chute inévitable, n’est-ce pas se méprendre sur sa nature ? Le
    touche-à-tout célèbre savait bien que ce système économique-là, comme
    les autres, n’était qu’un ensemble de relations sociales. Beaucoup ont
    évacué ce propos évident, mais pénible quand il s’agit de penser le
    changement social autrement que comme une prise de la Bastille ou du
    Palais d’Hiver. Première question : où sont nos ennemis (le conte
    procède ainsi) ? Le golden boy en jaguar de la City ou la classe à peine
    moyenne qui part en Tunisie (enfin, qui partait) jouer au riche et se
    faire servir par des plus pauvres que soi ? Seconde question : faire du
    premier un être pleinement conscient et de l’autre un aliéné qu’il faut
    libérer, n’est-ce pas verser dans un misérabilisme un peu suranné ou
    bien en appeler à une élite éclairée qui ne fait guère plus moderne ?
    Questions provocantes ? S’en priver, n’est-ce pas, pourtant, s’interdire
    de voir la formidable puissance du capitalisme à se rendre infiniment
    désirable, hypnotisant les regards sur sa vitrine chatoyante et les
    laissant insensibles à l’arrière-boutique, moins reluisante ?

    Est-ce vraiment de « théorie » ou de « conscientisation » dont
    l’époque a besoin ? Faut-il qu’on nous explique comment le monde tourne
    vraiment, nous qui voyons si mal ? Ou bien le savons-nous trop bien, et
    s’adresser aux consciences paraît de peu d’utilité ? Faut-il alors
    s’intéresser aux expériences vécues qui bouleversent la vie, les corps
    et la tête, notre manière d’exister chaque jour ? Se pencher sur les
    pratiques sociales qui enfantent d’autres imaginaires et des liens d’une
    autre nature que celle, rassurante et conforme, du chacun pour soi,
    chacun chez soi ?

    Autres récits



    Le capitalisme, cette singulière manière de (dé)nouer
    des relations sociales, n’est-il pas tellement diffus qu’on le rencontre
    chaque jour et en tout lieu, surtout là où on ne l’attend pas, où on ne
    voudrait pas l’y voir ? Quelque chose comme autant de
    micro-capitalismes ne se réduisant pas au face à face entre patrons et
    ouvriers, entre puissants et dominés, mais traversant chaque espace ?

    On dit que changer le début et la fin des vieilles histoires
    pourrait perturber l’auditoire, habitué à la ritournelle... Est-ce si
    sûr ? Certes, le panorama devient moins binaire, mais il est soudain à
    la portée de toutes et tous : le « système capitaliste »
    n’est plus la bête infâme retranchée dans des lieux éloignés et
    toujours inaccessibles, il est là, tout autour de nous, en nous. Les
    luttes argentines avaient justement choisi d’agir à partir de là. Des
    membres d’un groupe piquetero disaient, à propos des projets qu’ils
    construisaient, que s’ils recréaient en leur sein des experts et des
    petites mains, ils reproduisaient le capitalisme... Preuve que celui-ci
    n’était pas si éloigné d’eux, bien qu’ils soient pauvres et habitent des
    quartiers aux rues en terre et des maisons aux toits de tôle.

    La fable perd en manichéisme mais gagne en capacité d’action. Ce que
    nous voulons changer est autour de nous, immédiate invitation au
    passage à l’acte. Ce que la fable perd en lendemains qui chantent, elle
    le gagne sur le temps présent : il n’y a pas à attendre que les
    conditions économiques (des pauvres, des relégués, des exclus, des
    chassés de leurs terres...) soient moins inégales pour construire de
    l’égalité. Les expériences argentines furent nombreuses à parier sur
    cette égalité que toutes les réalités matérielles discréditaient
    pourtant à l’avance. Le quotidien se fit champ d’action ; les voisins
    devinrent des compagnons, des amis, des gens avec qui l’on partageait
    plus qu’un simple territoire ; le « commun » germa de ces espaces.

    Le politique put sourdre de la vie, du quotidien, et on ne s’étonna
    point de voir tant de femmes et d’enfants dans ces espaces qui
    construisaient des réponses à des préoccupations quotidiennes et
    s’essayaient à la construction d’alternatives au grand Monopoly. Pour
    ceux-là, peu importait que le présent qu’ils modelaient, modestement, à
    l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’une région, soit minoritaire :
    il se déployait comme il pouvait, fruit d’un bricolage au jour le jour
    et de solides volontés.

    La passion de l’inégalité, enfouie sous les discours de la modernité
    (égalité des chances, accès à la citoyenneté, ascenseur social, égalité
    de droits et tutti quanti), semble un ferment aussi puissant que les
    livres de comptes pour faire naître de la compétition au sein des
    sociétés... avec l’économie qui va avec. Les luttes, à leur manière, ont
    su délaisser les registres à deux colonnes pour s’investir ailleurs, et
    renverser l’ordre des choses ; passer de la proposition selon laquelle
    les soubassements économiques doivent changer pour que change la société
    dans son ensemble, à l’idée qu’il faut commencer par le faisceau des
    relations quotidiennes... pour que le reste suive !

    Que reste-t-il de ces expériences ? Dans les médias, rien, ou
    presque ; dans la vie quotidienne, quelque chose qui continue de
    déborder. Certes, après l’euphorie, il semble qu’une nouvelle noche del apagón
    ait plongé de nombreuses expériences dans l’obscurité. Une partie des
    Argentins, cependant, s’est munie d’allumettes ; la lumière n’a pas la
    qualité de l’électricité, mais les mains autour des petites flammes
    empêchent les vents contraires de les éteindre complètement : usines
    récupérées, transformation des assemblées de quartier en de multiples
    micro-expériences, quelques fous continuant à s’assembler au coin des
    rues, des affiches d’une cantine populaire annonçant : « ¡Seguimos resistiendo en la calle, cocinando ideas ! »,
    nous continuons à résister dans la rue en cuisinant des idées !
    L’esprit rebelle, les pratiques qui vont avec, continuent discrètement
    de vivre et d’essaimer, même si elles s’attendent au pire, la droite
    ayant repris une vigueur certaine. De ces années de démesure, ces
    petites flammes vacillantes ont su conserver le refus des conformismes
    et de l’opportunisme de l’air du temps.

    L’heure des fous



    ... On raconte qu’elle marche encore, comme d’autres
    folles sur la place de Mai à Buenos Aires, réclamant un enfant, un
    petit-fils, une petite fille, disparus lors d’autant de noches del apagón. « Folles »,
    ce n’est pas seulement l’adjectif qu’utilisa la junte militaire pour
    disqualifier ces femmes aux yeux de l’opinion nationale et
    internationale. « Folles », c’est aussi ce qu’on
    entendait lorsqu’elles quittaient une conversation où elles avaient
    tenté de rompre le silence et évoqué ces gens qui disparaissaient : on
    les laissait parler, on ne répondait rien, on semblait acquiescer. Et
    puis, à peine le dos tourné, la porte refermée, on disait qu’elles
    étaient folles.

    Oh, bien sûr, autres époques et autres mœurs : laissons les
    conformismes, la peur, le goût de l’ordre et de la mesure aux temps des
    hommes en bottes... On ne regarde plus par la fenêtre, le rideau à peine
    soulevé, ce qui se passe chez ses voisins.

    Et puis, Olga est décédée, en 2005.


    Un dernier mot. Elle marcha jusqu’en 2004, le foulard
    blanc n’était plus noué sur sa tête, mais devant sa bouche, pour
    symboliser une autre lutte, contre la raffinerie gigantesque, la même
    qui avait coupé la lumière cette nuit de 1976. Celle-ci continue de
    brûler la canne à sucre à ciel ouvert, emplissant l’atmosphère de fines
    particules qui viennent altérer les voies respiratoires. Olga,
    justement, est décédée d’une tumeur aux poumons. L’entreprise qui permit
    l’assassinat de son mari aura aussi eu raison d’elle.

    Pour l’anniversaire de la noche del apagón, et contre toutes les noches del apagón,
    des dizaines d’organisations populaires ont repris le parcours emprunté
    par Olga : assemblées de voisins, organisations syndicales, étudiantes,
    écologistes, mouvements indigènes, médias alternatifs, expériences
    culturelles... Ce sont des milliers de personnes qui marchent
    aujourd’hui contre l’oubli et pour un présent digne et juste. Victoire
    de la folie sur les orthodoxies

    -




    -

    Ce conte pour enfant et ingénu(e) n’est que la continuation d’autres histoires, notamment celle d’Olga, Una mujer símbolo de la lucha contra la impunidad de la dictadura y la explotación empresarial de Luis Zamora.

    Comme toute histoire, celle-ci a volé sans guillemets, répété et imité sans vergogne d’autres histoires entendues ici et là : El taller del maestro ignorante du Mouvement piquetero Mtd de Solano et du Collectif Situaciones ; Mille plateaux de Gilles Deleuze & Félix Guattari ; Misère de la philosophie de Karl Marx ; Pensar sin Estado, La subjetividad en la era de la fluidez de Ignacio Lewkowicz. Et d’autres histoires aussi, qui n’ont ni titre ni auteur.







    Notes


    [1] Littéralement : « La nuit de la panne de courant ».

      La date/heure actuelle est Ven 28 Juil - 8:46