Le mouvement des indignés


    Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Partagez
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Provencracie le Dim 12 Juin - 13:59

    Les Manifestes dans le Monde...


    Manifeste de « Democracia Real Ya ! » Espagne

    Nous sommes des personnes courantes et ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher un boulot, des gens qui ont famille et amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à
    celles et ceux qui les entourent.

    Parmi nous, certain-e-s se considèrent plus progressistes, d’autres plus conservateurs. Quelques
    un-e-s croyants, d’autres pas du tout. Quelques un-e-s ont des idéologies très définies, d’autres se considèrent apolitiques. Mais nous sommes tous très préoccupé-e-s et indigné-es par la situation
    politique, économique et sociale autour de nous.
    Par la corruption des politiciens, entrepreneurs, banquiers, … .
    Par le manque de défense des hommes et femmes de la rue.

    Cette situation nous fait du mal quotidiennement ; mais, tous ensemble, nous pouvons la renverser.
    Le moment est venu de nous mettre au travail, le moment de bâtir entre tous une société meilleure.

    Dans ce but, nous soutenons fermement les affirma­tions suivantes :

    * L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.

    * des droits basiques doivent être garantis au sein de ces sociétés : le droit au logement, au
    travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation, au libre développement personnel et le droit à la consommation des biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.

    * Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un obstacle pour le progrès de l’humanité.

    * La démocratie part du peuple, par conséquent le gouvernement doit appartenir au peuple.
    Cependant, dans ce pays, la plupart de la classe politique ne nous écoute même pas. Ses fonctions
    devraient être de porter nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies directes de démocratie et aussi, procurant le plus de bienfait possible à la
    majorité de la société, et pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature partitocratique.

    *La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns crée inégalités, crispations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons.
    Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel, coince le système social dans une spirale, qui se consomme par elle-même, enrichissant une minorité et le reste tombant dans la
    pauvreté. Jusqu’au malaise.

    * La volonté et le but du système est l’accumulation d’argent, tout en la plaçant au-dessus de l’efficience et le bien-être de la société ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs malheureux.

    Nous, citoyens, faisons parti de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui ne connait même pas nos besoins. Nous sommes anonymes, mais, sans nous, rien de cela
    n’existerait, car nous faisons bouger le monde.

    * Si, en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une abstraite rentabilité économique qui ne tourne jamais à notre avantage, nous pourrons effacer les abus et les manques que nous endurons tous. Nous avons besoin d’une révolution éthique. On a placé l’argent au-dessus de l’Etre Humain, alors qu’il faut le mettre à notre service.

    Nous sommes des personnes, pas des produits du marché. Je ne suis pas que ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.

    A la vue de cela, je suis indi­gné/e
    Je crois que je peux le chan­ger.
    Je crois que je peux aider.
    Je sais que, tous ensem­ble, on le peut.
    Sors avec nous.

    C’est ton droit. http://democraciarealya.es/


    Dernière édition par Provencracie le Dim 3 Juil - 22:26, édité 3 fois
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Manifeste de "Reelle democratie" France

    Message  Provencracie le Dim 12 Juin - 16:30

    Manifeste de "Reelle democratie" France

    Propositions pour la regeneration democratique du systeme politique



    • Reforme de la loi electorale pour que toutes les voix aient la meme valeur.
    • Creation d'une loi de responsabilité politique, dans le but de combattre la corruption
    • Etablissement de mecanismes de democratie directe tant a l'echelle nationale qu'européenne
    • augmentation de la transparence au sein de l'Administration, publicité de toute information sur les depenses publiques
    • Democratisation,nous voulons des etats réellement démocratiques au service des citoyens et non pas des grands pouvoirs financiers.refus de la xenophobie croissante et defense de la libre circulation entre les Etats


    Propositions pour la defense de l'Etat social


    • Defense de services publics et de qualité, refus de privatisations de la santé et de l'education.
    • Legislation du travail qui favorise la stabilité et la dignité dans l'emploi pour les jeunes aussi
    • Renforcement du systeme de bourses et de logement pour permettre la mobilité internationale de tous les étudiants, independamment leur origine sociale
    • Introduction d'une taxe sur les transactions financieres internationales pour combattre la speculation qui a provoqué la crise et pour financer l'Etat Providence.
    • Suppression des paradis fiscaux
    • Recuperation des impots sur le Patrimoine et sur les grandes fortunes
    • Systeme d'imposition progressive plus juste

    Nous refusons le transfert de la dette bancaire au secteur public et au chantage auquel les Etats sont par là soumis.
    Nous exigeons une transparencce et un audit indépendant de la dette.
    Nous refusons la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes

    POUR UNE POLITIQUE PARTICIPATIVE ET CITOYENNECONTRE LE BIPARTISME ET LA CORRUPTION POLITIQUEPOUR NOS DROITS SOCIAUX CONTRE LA GRANDE BANQUE, LA SPECULATION FINANCIERE ET L'HEGENOMIE DU MARCHE.


    Paris 28 mai 2011 - Assemblée generale
    http://www.reelledemocratie.fr/
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Manifeste de Marseille

    Message  Provencracie le Dim 12 Juin - 16:47

    Manifeste de Marseille

    Avec les printemps Arabes et Espagnol, un mouvement citoyen mondial est en train de naitre pour réclamer de vraies démocraties. Nos libertés s'amenuisent pour ne se réduire qu'à une peau de chagrin: manipulation par la peur, discours sécuritaire, vie à crédit, stigmatisation, destruction de notre environnement naturel Jamais notre monde n'aura été aussi consumériste et déshumanisé, dévoilant conflits d'interets, corruption et décisions au mepris des intérets généraux.

    Reprendre les droits de l'Homme et du citoyen inventés en France, exiger de meilleurs systèmes
    Si toi aussi tu penses que le vote occasionnel ne suffit pas, que nous pouvons et devons inventer et exiger une démocratie plus participative, alors rejoins nous et agissons pour dévoiler nos régimes oligarchiques.

    Le mouvement est autonome et non-violent: chacun parle en son nom et nous nous réunissons seulement par volonté commune d'un système vraiment démocratique.

    + infos :
    France http://www.reelledemocratie.com/
    Espagne : http://democraciarealya.es/
    BLOG : http://provencedemocratie.blogspot.com/
    FACEBOOK : Page - Marseille - democratie reelle
    http://www.facebook.com/pages/Marseille-Democratie-Reelle-Democraciarealya/131262483618451


    Dernière édition par Provencracie le Dim 2 Oct - 9:14, édité 1 fois
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Re: Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Provencracie le Mar 14 Juin - 19:36

    Manifesto for a European Revolution

    2011 juin 8
    tags: basic income, Capitalism, Crisis, economics, Révolution
    by Stan




    Thanks to some readers of this blog who enjoyed my last post Manifesto for a #frenchrevolution [in French], we now have an English version of this post. Many thanks for those involved in the translation, especially Changaco and Jason Cook. Hope it will make some fresh ideas spread the world!
    The current protests in Spain, as well as Greece and Portugal are
    doomed to fail because they don’t suggest any real alternative society
    project. Not for lack of will though: the slogans show us that there is a
    desire for deep changes, to go back to certain principles such as more
    social justice. However, mislead by the media and the obsolete speeches
    of politicians, people have difficulty thinking differently through
    commonly accepted assumptions. This naturally results in a lack of
    imagination, ambition, and leads to a lack of solutions. The proposed reforms [fr], though desirable in some cases, merely try to reduce the harm instead of dealing with the initial causes.

    Add to that the fact that France has not yes suffered as much from
    the crisis. Thanks to existing welfare protections (though failing),
    there are still many people who believe they have something to lose
    in an hypothetical revolution. For this reason we will not see a
    revolution here in the very near future. Common people are just not
    ready to go to the street except for protecting their personal
    interests. We are witnessing only a small revolt from those who are the
    most directly affected by the decline of the West. Plus some people who
    really understand the reasons why these people rise up.
    In a nutshell, we are only at best experiencing a pre-revolutionary stage, in which indignation rises, but without a new ideology strong and consensual enough to propose.
    Fixing problems at the source


    To overcome this stage, we need to identify clearly the origins of
    the problems and propose ensuing measures. However, detecting the origin
    of society’s troubles imply thinking in a totally different way. It is
    necessary to avoid the usual terms of debate.
    Let us begin by addressing a number of false debates currently soiling the perception of economic issues.
    The fight against unemployment


    For thirty years now, France (and mostly Southern Europe) is hurting
    from mass unemployment. The fight against unemployment imposed itself as
    essential to reduce income inequality, exclusion, and so on. The
    problem is that the « right to work », sometimes considered as a
    fundamental right, drift towards a duty : everybody must work or be
    condemned to exclusion. However, is full-time employment really an end
    in itself?
    Not only is full-time employment today unachievable (as I already claimed here [fr]) , but being employed is no longer the ideal way for integration or self-development.
    Why? Precisely because public policies aim at employment growth
    without considering real usefulness of those jobs created, since
    unemployed people are seen as burdens for society. People could be hired
    to dig holes, and refill them… nobody would care! Why bother, after
    all, as long as everybody is at work, and that it generates economic
    growth!
    Isn’t the real concern to make it possible for everyone to exert a socially-useful activity ?
    The « protection » of employees


    As a direct consequence of the end of the full-time employment dogma
    the concept of employee protection no longer makes sense. Indeed,
    current reasons for workers protection are: perception of employment as a norm, and non-existence of an unemployed individual in society’s eyes. At best, one is seen as an « idle active », at worst as one needing assistance, a parasite, a 2nd-class citizen.
    From that point of view, it is indeed meaningful to protect the
    contract of employment, since it is the Grail of every citizen. Today
    however, protecting workers is a costly nuisance.
    To cope with international competition between workers companies
    currently choose to relocate or to increase productivity. In both cases,
    results are similar: under the pressure of mass unemployment,
    most of the workers can only be submissive to the conditions imposed by
    the companies: low wages, precarious contracts, and other undesirable
    working conditions
    .
    Meanwhile, we are told that workers have to be protected against abusive or economically-unjustified lay-offs.

    The truth is, employee protection only encourages companies to opt for more precariousness of their employees (for instance with short-term contracts). And when it is not possible to get rid of workers, as often reported in the news [fr],
    Machiavellian strategies are set up to push them to their limits, so
    that they quit the jobs themselves. Meanwhile, other people are
    irremediably excluded from the job market: the women for fear of the
    « happy event » (T.N. pregnancy (enjoy the irony)), the young people for
    their « lack of experience », the old people for their « lack of
    flexibility », etc… Eventually, worker protection induces only more
    social inequalities. We end up with a society of castes where
    some people receive – by chance – a contract that protects them, while
    others are excluded from the market, fallen into the sadly common
    phenomenon of the « welfare trap ».

    The growth myth


    Economic growth was an obvious factor of development during the 20th
    century. But what about the 21st? In many aspects, growth has become
    useless. Productivity gains and globalization enable capital owners to
    better exploit growth of global demand without necessarily creating more
    human labor. Disaster? At first sight, yes. However, with reflection, isn’t it normal that Humans could work less and less? Thus saving time for self-development?
    I believe so. The problem is not that labor demand is
    decreasing, but in the fact that the distribution of productivity gains
    are unevenly distributed in society!
    Indeed, the tiny bit of
    remaining growth eventually enriches a small minority, in favor of
    cartels who carefully avoid competition, while locking up their markets.
    In the best case, productivity gains allow a price drop, but, as
    mass-unemployment is structurally maintained, there is little chance for
    the middle-class and the poor to receive benefits from this economical
    growth. Minimum wages barely follow the general level of prices (which
    is calculated from debatable method). On the other hand, dividends are
    getting fatter and fatter. As a logical consequence, inequalities grow,
    and the lower-class standard of living keeps decreasing.
    And they tell us that economic growth is positive? Growth is not the solution. I would say that it is rather more of a problem…
    The illegitimate debt payback


    Still, there is a reason that justifies the need for growth: debt reimbursement !
    Without success in increasing production at the end of « The Glorious Thirthy
    », our states massively contracted debts in order to support demand,
    and thus keep providing demand to companies. But this debt has to be
    reimbursed someday, as well as the corresponding interests! In a
    socially unjust way, our leaders are reducing public spending to
    pay the bill of the last century’s growth, by dipping into young
    generations’ future funding.




    In addition, as states forbid themselves to resort to debt monetization, this debt benefits the same people (yes, once again): those who have capital to fructify.
    Contrary to what we are supposed to believe, debt reimbursement is
    illegitimate. Morally, first of all, there is no point in forcing future
    generations to pay back a debt that doesn’t benefit them. Moreover, it
    is economically intolerable, because there is no reason that a state
    cannot resort to debt monetization to finance public investments.
    In fact, the argument of debt payback is based on disputable monetary doctrines:
    arguing that any monetary creation would be inflationary, the
    governments were forbidden to borrow from their central banks, leaving
    them at the mercy of the markets, as the Greek crisis perfectly
    illustrates. Not only is fighting inflation a false pretense that mainly
    maintains the annuities of a minority, but keeping the BCE’s rates high
    mechanically causes unemployment.
    The biggest irony is that, when bankrupted banks have to be rescued, monetary policies are quickly forgotten. Does
    it make any sense that the European Central Bank is allowed to provide
    billions to save banks, but not a cent for public policies funding?

    The wrong fight against speculation


    Another cliché of politics is to regulate finance and fight speculation.
    Without neglecting the negative effects of finance on the real economy, we must not fight the wrong fight.
    Life insurances, mortgages, mutual funds… The requirement of
    profitability for savers implies a speculative management which
    generates gains. Unless considering that profits from financial investments are unfair, fighting speculation frontally is vain.
    The taxation of financial transactions, for example, could slow
    exchanges a bit, but would mostly increase the costs of portfolio
    management, while the profits of banks would stay untouched.
    Likewise, the idea of decreasing the bank’s leverage (as Basel III accords
    will impose from 2013) is very ironic, because it will curb lendings,
    slowing down growth durability in developed countries. Without a
    re-foundation of the monetary system, these types of reforms will lead
    to failure.
    Actually, the true problem is that the banking sector is far too concentrated,
    and acts as an uncontrollable lobbying group because it has a
    tremendous power: that of creating money, to finance (or not)
    governments, businesses, and take hostage the citizens’ deposits. Can
    you see the paradox? Banks are private actors who manage a public good – the money – as a commodity.
    We entrust private actors – who don’t answer to society – the task of
    ensuring that money – an emanation of a sovereign state – circulates
    well. But in practice, it mostly gives banks the power to bring down any
    economy of the world for their own benefit. No matter, they are « too big to fail » anyway.
    Is the problem really about speculation? Or is it the fact that we
    deposit our money blindly into the pot of global finance? Thus allowing
    banks to use our deposits to counterfeit money? To harmfully speculate
    on the prices of raw materials? To finance businesses that we know
    nothing about? In short, don’t we have better things to do than
    put our money in bogus financial products? Isn’t the problem also in our
    behaviors? And in the difficulty of creating an alternative banking
    system?

    The State serving inequalities


    Facing all these economic disorders, many think that the State should take back its control over the economy.
    Yet, the State is now totally collaborating with the system.
    Seeing its inability to lead the economy towards growth and to restore
    full employment and purchasing power, the big businesses are aware of
    the enormous negotiating power they have. Especially in a globalized
    economy in which cheap labor is in range of relocation, tax havens
    within reach of bank transfer.
    That way, they obtain subsidies whenever possible in exchange for empty promises such as : « if you give me 100 million euros, I won’t relocate » or « if you don’t make laws against piracy, 50,000 jobs will disappear » or, more obviously in the banking case : « if you don’t save me, the whole economy will collapse ».
    Governments treat the big industries sparingly to keep jobs,
    growth. But isn’t this at the expense of the rest of the economy?!
    Aren’t we supporting certain economic activities with the money of other
    taxpayers? Who will help SMEs and artisans while we cherish the big
    ones ?

    The same phenomenon occurs at the level of citizens: there are
    categories of people whose rights are different. Particularly in france,
    the civil servants are statutorily protected while employees of the
    private sector are vulnerable ; we make « gifts » to the rich in the
    hope that they won’t relocate their money while we tax the middle class
    more to pay back the debt ; we want to force the unemployed to
    contribute to the economy while the annuitants effortlessly make their
    capital grow in the financial sphere.
    Democracies are in complete denial of equality. We live in a society in which you have to be big in order to exist. Even better is to be too big to fail (or too big to jail). There is no room for the small ones.
    Don’t let them impose their « solutions »


    We can clearly see that the foundations of the political debate are
    biased by an obsolete analysis of the way the system really works.
    Whoever rises to power in 2012 [presidential elections are to be held in
    France next year], what difference will it make? They’ll keep telling us that we absolutely need growth and job creations while limiting public spendings
    to reduce the deficit! Meanwhile, the monetary scam will keep its
    vampirism duty on the economy for the benefit of a minority, the
    enslavement of the population will continue with the pretext that
    everyone must work.
    The only advantage if a leftist rises to power is that he will be
    milder with some electorally important population classes. But for the
    others…
    © Víctor Riverola


    So, as the problems won’t be resolved, they’ll try to tell us that « there is no other alternative », that everybody must make efforts and restrict themselves. An era will start then that I previously designated as « The temptation of authoritarianism [fr] », i.e. a period when the only way for their obsolete recipes to work will be to apply them by force, sacrificing the remaining parts of our sick democracy.
    In short, the disillusion is predictable, the danger is palpable. As
    long as those who govern don’t change their way of thinking, as long as
    they don’t do a minimum of self-criticizing, we are inevitably heading
    for an economic dictatorship. Will it take long ?
    I fear so. And that’s exactly why we must not expect anything from them.
    The change will stem from ourselves, enlightened citizens. It is for us
    to say what we want, to require it, and to ensure we are heard. As so
    eloquently Gandhi once said :
    <blockquote>Be the change you want to see in this world.</blockquote>
    Here we come : Manifesto for a 21st century


    Still reading? Thanks !
    So now that i made clear what i think of the situation, it is now time
    to talk practical, and to write a draft of vital claims to require
    first.
    1. The Freedom of citizens


    Above all, we reaffirm that freedom of the citizens, as long as it respects the freedom of others, is the foundation of democracy,
    and is more important than that of any legal entity. In other words, we
    strictly reject any initiative from a publicly-owned corporation, an
    association, or even the state, aimed at protecting its own interests by
    oppression, control or other restriction of citizens’ freedoms. We
    affirm our right to disobey any institution disrespectful of this freedom.
    2. The State at citizen’s service


    Because the State only exists by and for the citizens,
    any intervention of the former has to benefit everybody, or nobody. On
    behalf of the fundamental principle of equality, we reject any
    corporatist policy, that essentially consists in granting privileges to a
    part of the population, while the others are kept aside. Therefore,
    every cent of public budget has to be totally transparent, and may be disputed by the citizens. Logically, we demand repeal of all tax loopholes and other privileges.
    3. For an unconditional guaranteed basic income


    Because a citizen’s dignity does not vary with the level of public
    deficit or the note given by any rating agency, everyone has an
    inalienable right to a sufficient income to live modestly but with
    dignity. This is why we require the set-up of a universal guaranteed basic income,
    with no condition of income, gender, age, status or else, and
    combinable with any other income source. The funding, amount and
    accompanying policies will have to be democratically debated and
    defined.
    4. Currency-based slavery : stop!


    Arising from the same founding principle of equality, we state that nobody has the right to make money unless it benefits the citizens directly. Currency is not a commodity, it comes from an agreement
    between the citizens and the State, and no one may break it with
    impunity by creating money for their own benefit (whether it is central
    bank money or money-debt).
    Thus, we demand the abrogation of the 123th article of the Treaty of Lisbon to allow the state to issue money to finance investments democratically considered useful, or better, the distribution of a universal dividend
    [fr] (i.e. create money to finance the basic income previously
    discussed). This claim must be negotiated at the European level and
    implies the creation of a second currency or the abandonment of the euro
    if the talks were to fail. Pending the implementation of such reforms,
    we refuse to use their « money » as much as possible by creating
    ourselves a monetary system that respects the equality of citizens.
    5. Respect of the commons


    Likewise, we demand total respect for the rights of citizens with respect to the common goods
    that belong to them as co-owners of the nation’s wealth. No natural
    resources, no national heritage can be exploited economically or damaged
    without the consent of the people or financial compensation (the
    universal dividend).
    We also claim that access to public infrastructures (like
    transportation) should be free of charge as soon as the cost (broadly
    defined) of marketing is greater than that of making it free.
    6. For a real participatory democracy


    Considering the failure of the representative democracy that we
    observe, we demand a more direct democracy, more participatory, and thus
    a new constitution. We claim the opening of the legislative process to direct contributions from civil society, transparency as complete as possible, and a decentralization of power.
    Because of the lack of a real democracy right now, we claim the right
    not to endorse the « representatives for the people » by the recognition of the protest vote
    and the establishment of a legal quorum to validate or not any
    election. We will use that power to de-legitimize any ballot that would
    lead us in a direction clearly opposite to the one we offer.
    To be discussed .



    Illustration credits fickr yahaempezado gillesklein ايشيبا – ishiba
    Reminder : this post is licenced under creative commons by-sa. Feel free to spread it.sources : http://www.tetedequenelle.fr/2011/06/manifesto-for-a-european-revolution/#comment-10532
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Re: Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Provencracie le Dim 2 Oct - 9:25

    Manifeste des Indignés au sein de l'Europe et tous pays où réside les droits de l'homme.

    Les Indignés n'appartiennent à aucun mouvement politique ou religieux, ils sont l'expression de la Conscience du peuple.

    En résistance à l'oppression qui lui est faite, le peuple se place sous la protection légitime de la déclaration des droits de l'homme stipulant à son article 2 que :

    Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

    Il appartient à la force publique (CRS, gendarme, policiers et militaires), de se mettre au service du peuple pour organiser sa protection et le bon déroulement des manifestations. Cette force publique, comme le site l'article 12 de la DDHC, « est institué à l'avantage de tous et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle a été confié. » Elle doit donc veiller à refréner les éventuels débordements de groupuscules indépendants destinés à provoquer des troubles à l'ordre public et décrédibiliser les manifestations non violentes.

    La résistance des Indignés s'exprime par des manifestations calmes et légitimes. Il revient aux Préfets, sous-préfets et Maire des villes d'organiser la circulation en plaçant des déviations afin qu'il n'y ait pas de troubles à l'ordre public et que les manifestants puissent se rendre à l'endroit de leur choix.

    Les indignés estiment que leurs droits naturels et sacrés ne sont plus garantis et que, de ce fait, ils n'ont plus de constitutions, comme le souligne l'article 16 de la DDHC de 1789. C'est ce qui légitime les manifestations non violentes permettant au peuple de s'exprimer et de se choisir les représentants les plus aptes et éclairés à se constituer en assemblée nationale.

    Les Indignés, constatant l'inefficacité des partis politiques en place à se révolter publiquement contre les injustices infligées au peuple et leurs incapacités à faire valoir les droits du peuple en rapport avec la DDHC de 1789, déclarent la non légitimité du gouvernement en place et de ses différents partis politiques. En attente de leur remplacement, le gouvernement mettra en œuvre tous les moyens à sa disposition afin que puisse se réunir les nouveaux représentants afin de pouvoir se constituer en assemblée nationale.

    Les représentants des Indignés, constitués en assemblée nationale, auront pour première mission d'écrire une nouvelle constitution proclamant les droits d'un peuple en rapport direct avec la DDHC de 1789, réaffirmant ainsi son entière souveraineté. Ces droits des peuples passent en premier par la frappe de sa propre monnaie et de gérer le fonctionnement de sa propre économie...

    21 juin 2011
    SOURCE : http://notresesame.forumgratuit.org/t457-manifeste-des-indignes#2112
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Re: Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Provencracie le Dim 2 Oct - 9:34

    MANIFESTE ITALIEN


    « Dans nos pas l’avenir 17 septembre 2011

    Ils demanderont : pourquoi vous le faites, pourquoi avez-vous décidé de marcher, pourquoi tant de souffrance pour arriver à Rome ?
    Pourquoi Falcone et Borsellino sont-ils morts ? Parce qu’ils croyaient en la légalité, exactement comme nous y croyons.
    Pourquoi Pertini a-t-il combattu deux fois pour l’Italie ? Pas pour laisser un pays dans un tel état.
    Nous marchons parce que si Les Mille ont fait l’Italie, peut-être qu’à 100.000 nous pouvons la reconstruire.
    Nous marchons parce que nous avons un travail,
    Nous marchons parce que nous n’avons pas de travail,
    Nous marchons parce que nous voulons avoir encore une retraite.
    Nous marchons pour que nos enfants puissent naître, grandir et regarder en face nos petits-enfants sans avoir à s’excuser pour un futur que nous leur avons volé.
    Nous marchons parce qu’un Mouvement immobile n’a pas d’avenir, nous marchons parce qu’il ne peut y avoir ni Avenir ni Liberté si un Peuple n’est pas Uni par des Valeurs et des Idéaux communs et par un fidèle front Démocratique qui Unit ce pays du nord au sud.

    Nous marchons parce que nous voulons un pays dans lequel personne ne fasse de la violence médiatique un instrument de contrôle et de répression,
    Nous marchons pour que la femme soit le sujet de nos vies et non l’objet d’échange de qui abuse de son propre pouvoir,
    Nous marchons parce que le moment est arrivé de transformer le vent en tempête, pour donner de l’eau à cette pauvre Italie, restée aride trop longtemps.
    Qui sommes-nous.
    Nous sommes des personnes qui, sans distinction de parti, d’âge, de race, sexe et religion, doivent affronter quotidiennement les problèmes de cette société : le travail, l’école, l’environnement, la santé, la précarité, l’économie, la mauvaise gouvernance et la criminalité.

    Nous sommes indignés et préoccupés face aux perspectives futures, pour cela nous avons décidé de faire quelque chose concrètement.

    Nous nous sommes unis principalement sur la proposition de remettre l’homme au centre de tout, de sorte qu’il ait le droit de vivre dans une société pacifique et multiraciale, qui préserve l’environnement, une société où soit garanti à chacun le droit aux études et aux soins, dans laquelle il n’existe pas de souffrance dans les lieux de travail, dans laquelle la politique puisse être gérée par les gens sans la totale délégation au partis, où l’économie ne servent pas à enrichir les banques, en considérant l’homme comme une marchandise dont on tire profit ; une société dans laquelle la richesse permette de créer les pré requis pour une évolution de la société italienne et de la civilisation humaine dans son ensemble.

    Pour atteindre ces objectifs il est nécessaire que chacun fasse sa part, parmi nous il n’y a ni leaders ni chefs. Chaque décision sera prise au cours des assemblées.
    Nous sommes convaincus que le changement ne peut advenir que par la mobilisation de tous, à partir des problèmes objectifs de chacun. En désobéissant, s’il le faut, d’une façon pacifique et civile, en faisant une révolution non-violente, comme déjà cela se fait dans beaucoup de pays comme l’Espagne, la Grèce, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et dans toutes les autres villes italiennes. Pour une société globale, éthique et juste.

    Rome, 17 septembre 2011
    sources : http://les-indignes-stephanois.forcinfo.com/?page_id=81
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Re: Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Provencracie le Dim 2 Oct - 9:37

    MANIFESTE DES INDIGNÉ-E-S DU QUEBEC

    Depuis la fin de 2010 nous assistons à un soulèvement citoyen, à la fois éclairé et pacifique, qui prit naissance d’abord en Islande pour ensuite s’étendre dans le monde Arabe.

    En Tunisie avec la chute de Ben Ali ; en Égypte (chute de Moubarak) ; et en Europe, une vague de prises de parole citoyenne se fait entendre sur les places publiques des différentes villes de Grèce, du Portugal, d’Espagne, d’Irlande, de France jusqu’en Amérique.

    L’émergence d’une conscience citoyenne s’élève en dépit du silence complice des médias traditionnels sous contrôle du grand capital financier. C’est donc par la voie des médias alternatifs et des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter que l’indignation des peuples est parvenue jusqu’au Québec.

    Voici donc venu le temps, pour les citoyennes et citoyens du Québec, de joindre ce mouvement mondial pour une réelle démocratie et faire valoir, à notre tour, nos attentes modulées sur nos valeurs et nos principes qui ne sont pas si différentes de celles de nos ami-e-s indigné-e-s des autres nations en ébullition.

    Depuis trop longtemps le Québec est une nation en suspension dont la naissance est attendue dans le monde. Une mise-au-monde retenue par nos élites politiciennes, tous partis confondus, qui gagnent à retarder ce moment de libération nationale.

    Elles sont trop préoccupées à profiter des divisions dues à l’ignorance généralisée qu’elles entretiennent pour faire fonctionner leur machine électorale essentiellement basée sur les clivages gauche/droite et/ou souverainiste/fédéraliste.

    Nous, citoyennes et citoyens du Québec leurs disons :

    NON, ÇA SUFFIT !

    L’heure de la fin de ces divisions que vous avez créées a sonné !

    Le Québec est une nation que même le Gouvernement canadien a reconnue en novembre 2006. À partir de cette réalité, il est maintenant venu le temps d’établir entre-nous, la société civile du Québec, un Pacte social, un Traité de Paix provisoire.

    D’ici à ce que l’on se dote d’une Constitution populaire issue d’une Assemblée constituante dont les membres qui la rédigeront seront élus au suffrage universel.

    Vous, les élites politiciennes et financières, avez l’argent, nous aurons la LOI, nous établirons les règles du jeu d’une saine démocratie à laquelle vous devrez vous soumettre car, dans un esprit résolument républicain, uniquement nous, les citoyennes et les citoyens du Québec, représentons la suprême souveraineté sur notre territoire.

    Le temps est donc venu de rompre avec le pouvoir monarchique qui, contrairement aux idées reçues et que nos élites entretiennent, n’est pas que symbolique.

    Il est résolument antidémocratique, ne serait-ce que par l’odieux principe de la prérogative royale qui confère aux premiers ministres, autant à Ottawa qu’à Québec, tous les pouvoirs dévolus au chef d’un état assujetti à la Couronne impériale britannique.

    Ainsi donc, dans la Constitution canadienne, le concept même de « citoyen » y est inexistant et remplacé par l’immonde et aliénant « sujet de sa Majesté » !

    Nous ne reconnaissons donc plus l’autorité suprême, sur nos lois et sur notre territoire, de Sa Majesté la Reine Elizabeth II.

    C’est dans ce mouvement de solidarité citoyenne que nous invitons nos voisins du Canada à établir une nouvelle entente basée non plus sur l’unité du Canada à tout prix mais sur le principe du respect des peuples souverains.

    Donc d’habiter leur territoire respectif en toute légitimité et à s’émanciper dans leur langue qui, au Québec, est le français, la seule langue nationale.

    Nous reconnaissons aussi la nécessité de l’épanouissement des peuples Autochtones en conformité avec leurs langues et traditions ancestrales.

    C’est sur la base de cette nouvelle entente, affranchie des divisions partisanes exploitées par les élites, que nous arriverons à une reconnaissance mutuelle, de peuple à peuple.

    D’ici là, il importe que les citoyennes et les citoyens du Québec, en phase avec les autres peuples indignés de la terre, déclarent à la face du monde leur attachement aux principes humanistes tels que : le droit à la dignité, la justice sociale, le bien commun, au respect de l’environnement, à l’accès à l’éducation, au plein emploi, aux soins de santé, aux logements sociaux ; pour une société égalitaire, fraternelle et résolument républicaine.

    Pour que ce monde meilleur advienne, l’heure est à fouler le sol des rues pour l’unique démocratie possible : celle du peuple !

    LES INDIGNÉ-E-S DU QUÉBEC – SECTION MONTRÉAL

    Notre site : http://democraciamontreal.org/

    source : http://www.indignez-vous.be/archive/page/international/canada/236-dromegal.html

    Contenu sponsorisé

    Re: Manifeste de "Reelle democratie" dans le Monde.

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 21:00