Le mouvement des indignés


    La « révolution démocratique » en Islande

    Partagez
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    #DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE – L’Islande réécrit sa Constitution avec #Facebook et Twitter

    Message  Provencracie le Jeu 16 Juin - 15:16

    16 juin 2011

    DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE – L’Islande réécrit sa Constitution avec Facebook et Twitter

    C'est un processus politique inédit qui devrait susciter l'émoi
    des plus conservateurs de nos parlementaires.

    Depuis avril, vingt-cinq conseillers issus de la société civile — avocat, journaliste, professeur d’économie, physicien, directeur de théâtre, pasteur, étudiant — sont chargés de superviser l'écriture de la nouvelle Constitution islandaise,racontent le site Numerama et le quotidien le Guardian.

    Le pays, durement touché par la crise économique de 2008, a ainsi
    décidé de se redresser en actualisant sa loi fondamentale, en vigueur
    depuis 1944, date de l'indépendance avec le Danemark.
    Là où l'Islande innove vraiment, c'est que le processus de révision
    se veut collaboratif : les projets d'article sont publiés sur le site du
    gouvernement afin d'être commentés, critiqués, amendés par les
    internautes via les réseaux sociaux. Tous peuvent ainsi visualiser
    l'actuelle Constitution ou consulter le dernier brouillon et directement réagir sur la page Facebook, le compte Twitter ou la chaîne YouTube du "Conseil". Chacune des réunions est par ailleurs retransmise en direct et ouverte au public.

    "Je crois que c'est la première fois qu'une Constitution est en cours de rédaction essentiellement sur Internet, commente Thorvaldur Gylfason, membre du Conseil constitutionnel islandais.

    Le public voit la Constitution prendre forme sous ses yeux. C'est très
    différent de l'ancienne époque où les constituants pensaient qu'il était
    parfois préférable de se trouver hors de portée des remarques
    ."

    Le processus devrait se terminer le mois prochain. Cette nouvelle
    Constitution sera ensuite soumise à référendum afin de savoir si la
    majorité des Islandais l'accepte. Et, surtout, le Parlement islandais
    n'aura pas le droit de lui apporter la moindre modification.


    sources : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/06/16/democratie-participative-lislande-reecrit-sa-constitution-avec-facebook-et-twitter/


    Dernière édition par Provencracie le Mer 29 Juin - 8:37, édité 1 fois
    avatar
    maele

    Messages : 126
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: La « révolution démocratique » en Islande

    Message  maele le Ven 17 Juin - 21:43

    Une île au caractère volcanique donne des leçons de démocratie numérique



    Si les regards actuels sont légitimement
    tournés vers les pays du pourtour méditerranéen, et prioritairement la
    Grèce, une révolution plus silencieuse est en train de naître sur une
    île en plein Océan Atlantique. Une île ayant une réputation sulfureuse,
    c'est le moins que l'on puisse dire au vu de son activité volcanique
    récurrente, mariant la beauté de ses paysages naturels à d'audacieuses
    initiatives numériques. L'effervescence Islandaise pourrait bien avoir à
    terme des répercussions au-delà de ses côtes...








    L'Islande attira l'attention du monde à de nombreuses reprises ces
    derniers mois, plus que toutes les années précédentes : que cela soit
    pour les perturbations du transport aérien Européen avec le réveil de
    l'Eyjafjöll en 2010 ou du choc de la crise financière mondiale l'ayant
    frappé de plein fouet en 2008 [1].

    Cette île d'origine volcanique s'étalant sur 103,001 km² est réputée
    pour être une très ancienne terre d'asile depuis ses premiers colons.
    Elle a forgé un peuple fier de ses origines mais aussi têtu quant à son
    particularisme, lequel s'enorgueillissant d'avoir disposé de l'Althing, la plus ancienne assemblée populaire existante au monde.

    C'est aussi conscients de leurs faibles ressources naturelles (hors
    l'énergie géothermique et hydraulique) que les Islandais ont opté certes
    vers une financiarisation de leur économie qui allait les perdre (mais
    qui leur permit cependant de bénéficier d'une prospérité leur offrant
    les moyens de consolider ou créer de nouvelles infrastructures sur le
    territoire) tout comme un intérêt accru pour les nouvelles technologies
    de l'information et de la communication.

    La meilleure illustration quant à ce dernier point étant la fameuse initiative législative International Modern Media Institute
    visant à faire de l'Islande une île favorable aux investisseurs comme
    aux défenseurs de la liberté d'expression. Coup double : se donner une
    image flatteuse devant le reste du monde et les acteurs professionnels
    ou amateurs des nouvelles technologies ; créer les ressources
    économiques de demain, en combinant respect de l'environnement et
    confiance dans le progrès.

    Ce faisant, un autre élément allait encore renforcer le lien unissant
    l'île aux nouvelles technologies : la crise financière [2] et le
    référendum ayant décidé en 2010 (réitéré en 2011) de ne pas faire porter
    sur les contribuables insulaires la faillite de la banque IceSave,
    suscitant l'ire des Pays Bas et surtout de l'Angleterre. Les deux
    principaux clients commerciaux de l'Islande, lésés à travers les
    filiales de la banque spoliant nombre de clients locaux de leurs
    investissements. La majorité écrasante de 93% (59% lors du second
    référendum) désavoua non seulement le gouvernement en place mais aussi
    renforça les objurgations de nombreux acteurs financiers de haut rang
    peu acoutumés à ce qu'un peuple lui tienne tête.

    Cette rebuffade allait avoir en effet une conséquence particulière :
    la prise de conscience de la nécessité d'une nouvelle constitution dont
    la rédaction entrerait dans les mains non de professionnels du droit
    mais entre celles de citoyens s'étant portés candidats pour faire partie
    de l'assemblée constituante.

    L'objectif et les modalités de fonctionnement de cette assemblée sont décrits sur le site officiel :

    The role of the Constitutional Council is to discuss the
    Constitutional Committee Report and prepare a bill about a revised
    constitution, taking into consideration the results of the National
    Forum 2010. The Constitutional Council decides which parts shall be
    revised and/or suggests new provisions or chapters be added to the
    current Constitution. The Constitutional Council has three to four
    months to complete its role and is comprised of 25 delegates.


    When the Council has come to an agreement about a bill about a
    revised constitution the bill will be sent to Althingi for processing.
    The revised constitution does not come into force unless the
    requirements of the current Constitution are fulfilled and these
    requirements state that Althingi has the final word with voting between
    two discussions
    .

    Là où le sujet devient encore plus passionnant c'est l'immixtion des
    nouveaux médias sociaux que sont Facebook, Twitter, Youtube et Flickr :
    tous étant référencés sur le site officiel avec un encouragement
    adressés aux citoyens Islandais de participer activement l'élaboration
    du texte final par cette entremise.

    Si le principe d'assemblée constituante ne saurait être novateur, encore que composé de citoyens lambda
    cela est déjà remarquable, le fait d'opter pour des moyens de
    communication modernes est à porter à l'actif de ce peuple là où des
    gouvernements de par le monde oeuvrent en sous-main pour brider leur
    emploi, au mépris de la liberté d'expression, de l'accompagnement du
    progrès technique mais aussi des opportunités économiques.

    Birgitta Jónsdóttir est déjà devenue la pasionaria de ce mouvement de fond. Elle, poète à l'instar des skaldes
    scandinaves, symbolise mieux que quiconque cet attachement
    rafraîchissant de la souveraineté populaire à travers cette révolution
    technologique couplé à un nécessaire besoin de réformes drastiques en
    pleine tourmente politico-financière [3].

    L'Histoire retiendra bientôt que c'est en Islande qu'aura été ébauchée
    la première e-constitution née de l'intelligence collaborative
    numérique. Un exemple à suivre et qui démontre qu'Internet est devenu la
    courroie des mouvements de ce monde, n'en déplaisent aux contempteurs
    du progrès.

    Le site officiel Stjórnlagaráð
    La page Facebook officielle : Stjórnlagaráð

    [1] Une crise qui allait la forcer à demander l'amorce de négociations
    afin de devenir membre à part entière de l'Union Européenne et se placer
    sous la protection de l'Euro. Lesdites négociations débuteront le 27
    juin 2011.
    [2] Pour une analyse circonstanciée, se rendre sur l'article de Wikipédia : 2008–2011 Icelandic financial crisis
    [3] Marianne lui consacrant tout un billet en son édition du 15 juin 2011 sous la plume de Flore Vasseur.
    sources : http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/une-ile-au-caractere-volcanique-96121
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    ISLANDE - La première Constitution participative

    Message  Provencracie le Mar 5 Juil - 19:12

    ISLANDE - La première Constitution participative
    4 juillet 2011 Sydsvenskan Malmö
    David Malan
    |

    Après le krach financier de 2008 et la chute du gouvernement sous la pression populaire, les Islandais continuent leur révolution citoyenne. Aujourd'hui, tous les internautes sont invités à rédiger la nouvelle Constitution du pays.
    Ellen Albertsdóttir

    La défiance des Islandais à l’égard du monde politique a explosé pendant la crise financière. Et aujourd'hui, les citoyens se méfient tout autant du pouvoir politique que des banques. L’année dernière, seuls 10,5% des Islandais, un pourcentage historiquement bas, déclaraient avoir "une grande confiance" dans l’Althing, le Parlement islandais. Nombreux sont ceux qui ont le sentiment d’avoir été trahis.

    C’est pourquoi la transparence doit être à la base de la nouvelle constitution à laquelle travaille actuellement le pays. Chaque semaine depuis avril dernier, l’Assemblée constituante de l’Althing publie les grandes lignes du projet sur son site Internet. Et tout le monde est invité à partager ses idées sur le site ou par le biais des réseaux sociaux.

    L’Assemblée constituante est ainsi présente sur Facebook et Twitter, et poste régulièrement des vidéos sur YouTube. Par ailleurs, ses réunions sont ouvertes au public et retransmises en direct sur son site Web et sur Facebook.

    Le principe de l’externalisation ouverte ou crowdsourcing, qui consiste à confier une tâche à un groupe non défini de personnes, en particulier sur Internet, connaît un succès croissant ces derniers temps. L’appliquer dans ce but est une première. Sur Facebook, l’idée a suscité un enthousiasme international.

    Le fait de vivre dans un pays qui ne compte que 320 000 âmes environ a tout de même des avantages en termes de souplesse. Plus de la moitié des habitants possèdent un compte Facebook – et ceux qui n’en ont pas ont la possibilité de participer au débat sur le site Web de l’assemblée constituante.
    Un nouveau projet pour un nouveau pays

    Le risque d’un tel projet de démocratie directe est que seule y prenne part une élite constituée de passionnés. Mais c’est ainsi que fonctionne la démocratie : les pêcheurs à la ligne n’y ont aucun poids.

    Au moins, la plupart des gens ont la possibilité de participer au débat : d’après les statistiques de l’OCDE, plus de 80% des foyers islandais sont équipés de l’ADSL. Par ailleurs, le projet de constitution devra être approuvé par référendum avant d’entrer en vigueur.

    La nouvelle loi constitutionnelle a donc beaucoup plus de chances de trouver un écho auprès des citoyens que l'actuelle constitution qui avait été ficelée à la hâte. Quand les Islandais ont proclamé leur indépendance du Danemark en 1944, ils avaient en effet, à peu de choses près, conservé la constitution danoise.

    Cette fois, les changements seront plus profonds. Dans le projet de nouvelle constitution, on retrouve des directives fortes sur la protection de la nature et des ressources communes du pays. Le projet met également l’accent sur les droits des générations futures, ce qui est sans doute une première dans une constitution.

    Mais on peut aussi l’interpréter comme une réponse aux ravages causés au milieu naturel islandais par le producteur d’aluminium américain Alcoa. Lors de la construction de l’énorme complexe hydroélectrique de Kárahnjúkar en 2006, un vaste périmètre de nature sauvage avait été détruit au nord du Vatnajökull [la plus grande calotte glaciaire d'Islande]. Avant le lancement du chantier, 50 000 Islandais étaient descendus dans la rue pour protester.

    Depuis cet épisode, les raisons de manifester n’ont malheureusement pas manqué pour la population islandaise. Et le krach financier a permis de prendre un nouveau départ. Peu à peu, les Islandais laissent leurs dysfonctionnements derrière eux. Et ce dont il est aujourd’hui question sur Facebook n’est rien d’autre qu’un projet pour un nouveau pays. Pour une nouvelle chance.

    SOURCES / http://www.presseurop.eu/fr/content/article/755701-la-premiere-constitution-participative
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    L'Islande écrit sa nouvelle constitution en mode participatif

    Message  Provencracie le Dim 10 Juil - 1:04

    L'Islande écrit sa nouvelle constitution en mode participatif

    auteur : Fabien Deglise

    Les révolutions sociales se suivent et ne se ressemblent pas en
    Islande. La preuve: après la chute du gouvernement, sous la pression du
    peuple et dans la foulée de la crise financière de 2008 qui a
    passablement affecté le pays, les Islandais font aujourd'hui une énième
    fois dans l'originalité. Comment? En écrivant la nouvelle constitution
    du pays collectivement et en ligne.


    C'est la transparence comme remède à la crise de confiance matinée
    d'une grande dose de démocratie numérique. Depuis avril dernier, la
    nouvelle constitution de l'Islande s'écrit en effet à plusieurs mains
    citoyennes dans le cyberespace où l'Assemblée constituante de l'Althing,
    le parlement islandais, a décidé d'élire en partie domicile.

    Cette assemblée qui supervise l'avancement des travaux est composée de
    25 membres issus de la société — il y a des journalistes, des avocats,
    des étudiants, des économistes... — chargés aussi d'écouter le reste de
    la population qui décide de se prononcer sur cette rénovation
    fondamentale d'un texte de loi datant de 1944. À l'époque, l'Islande est
    devenu un pays à part entière en se détachant du Danemark.

    L'exercice démocratique trouve sa voie sur une page Facebook,
    un compte Twitter, expose son écriture en temps presque réel sur Internet
    et offre la diffusion de travaux de l'Assemblée sur YouTube. Ouf.

    Au pays de Björk — oui, la chanteuse atypique sur la scène pop
    contemporaine —, cette mise en mode collaboratif de l'écriture d'un
    document aussi crucial qu'une constitution n'étonne pas, même s'il
    représente une première à l'échelle mondiale. C'est en tout cas ce
    qu'affirme la journaliste suédoise Ellen Albertsdóttir (oui, ça veut
    dire «la fille d'Alber»t!) dans les pages numériques du presseurop.eu.

    Et comment! Avec ses 320 000 âmes à peine, soit l'équivalent environ de
    la ville de Québec, l'Islande a finalement les atouts qu'il faut pour
    favoriser les rapprochements numériques, sur toutes sortes de sujets, y
    compris un projet à teneur démocratique. Sans compter que l'accès à
    Internet des ménages y est particulièrement élevé, tout comme d'ailleirs
    le niveau de scolarité moyen de sa population dans laquelle les
    analphabètes sont finalement beaucoup plus rares que les volcans en
    éruption.

    Comme si cela n'était pas assez, les prémisses de cette constitution en
    construction font aussi preuve d'originalité en mettant l'accent sur le
    droit des générations futures, ce qui semble être une autre première
    dans un tel document. Première qui souhaite faire table rase sur le
    principe du «après-moi-le-déluge» qui a induit la dernière crise
    boursière et du présentisme très contemporain qui afflige les sociétés
    occidentales.

    Une fois fignolée, cette constutition issue de la démocratie islandaise
    2.0 va devoir être adoptée par référendum par le peuple qui en assure
    actuellement son écriture. Et pourrait bien se montrer inspirant pour
    d'autres...

    date 6 juillet 2011
    sources : Le devoir
    http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-mutations-tranquilles/326857/l-islande-ecrit-sa-nouvelle-constitution-en-mode-participatif
    avatar
    Provencracie
    Dev
    Dev

    Messages : 1068
    Date d'inscription : 12/06/2011

    Re: La « révolution démocratique » en Islande

    Message  Provencracie le Dim 10 Juil - 1:17

    Inspirer d'autres.... cheers
    BRAVO aux Islandais !!

    L'Islande s'est resolument tourné vers le futur, detournant, utilisant les outils actuels pour un autre usage !!
    Site, fb, twitter, you tube...

    On perd pas courage...

    Premiers outils mis en place a Marseille au debut de son mouvement, plus recemment ces derniers jours, les outils referendums.. On pousse !!!

    "La charue avant les boeufs"
    "vous nous laissez pas rever, on vous laissera pas dormir"
    un petit mot juste pour vous dire que tout est parametrés, nos liens ici

    SITE : http://www.provencedemocratie.com
    email : provencedemocratie@gmail.com

    Reseaux sociaux

    FACEBOOK : https://www.facebook.com/pages/Marseille-Democratie-Reelle-Democraciarealya/131262483618451

    TWITTER : https://twitter.com/Provencracie

    RESEAU MARSEILLAIS : http://www.reseaumarseillais.com/ProvenceDemocratie/

    RSS : http://democratie.exprimetoi.net/feed/

    You Tube : http://www.youtube.com/user/Provencedemocratie?feature=mhee
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    Re: La « révolution démocratique » en Islande

    Message  CommeUneOmbre le Sam 30 Juil - 11:53

    Et le Web islandais inventa la Constitution participative...

    Après trois mois et demi de travail, un comité de 25 citoyens islandais a
    transmis un projet de Constitution participative à leur Parlement.
    Rédigé en partie via les médias sociaux, le texte doit être examiné par
    les députés le 1er octobre.



    Un comité de citoyens islandais a remis ce vendredi à la présidente
    du Parlement un projet de Constitution qui vise à remplacer l'actuelle.
    Une première dans un pays où les querelles politiques ont toujours
    empêché un réexamen général de la Loi fondamentale largement inspirée de
    celle du Danemark, l'ancien pays de tutelle. Depuis l’indépendance de
    l'île, en 1944, seuls quelques ajustements ont été apportés au texte.

    Composé de 25 Islandais élus, parmi lesquels des paysans, des
    professeurs, des étudiants, des membres du clergé, des avocats, etc., le
    comité a supervisé pendant trois mois et demi l’écriture de la nouvelle
    Constitution à laquelle ont contribué les citoyens via les médias
    sociaux.
    ...

    source : http://www.france24.com/fr/20110729-islande-projet-constitution-collaborative-participatif-twitter-facebook-youtube-comite-conseil-parlement-referendum?ns_linkname=20110729_islande_projet_constitution_collaborative_participatif_twitter&ns_campaign=editorial&ns_mchannel=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_fee=0
    avatar
    CommeUneOmbre
    Dev
    Dev

    Messages : 488
    Date d'inscription : 13/06/2011

    La « révolution démocratique » en Islande

    Message  CommeUneOmbre le Sam 9 Juin - 0:14

    La « révolution démocratique » en Islande


    Contenu sponsorisé

    Re: La « révolution démocratique » en Islande

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 16:54